Port-Royal au petit matin.

mercredi 2 décembre 2009 § 2 Commentaires

Aujourd’hui commençait mon stage de suite de couche.

Pour ceux qui ne le savent pas (ça arrive, tout le monde n’est pas en sage-femme), la suite de couche est l’endroit où nous nous chargeons des femmes et des enfants après les accouchements.

Je me suis réveillé à une heure extrême (6h15, vous vous rendez compte ?!) et, après un petit déjeuner copieux, j’ai pris mon sac et mes blouses et je me suis dirigé vers Port-Royal.

Port-Royal, là où tout a commencé et là où tout finira. Je n’ai pas de bons souvenir de mon stage, mais ne pense que je n’étais pas le même et que la cadre du bloc est vraiment … sans commentaire. Je crois que les articles sur le sujet qui se trouvent sur mon ancien blog ne vous renseigneront pas trop.

Un vestiaire d’étudiant sage-femme, c’est comme un vestiaire d’interne sauf qu’il y a que des filles.

Arrivé avec 20 minutes d’avance, j’entre dans le vestiaire où se trouvent 5 filles. Raconter ce qu’on y a fait … ben on s’est changé. Je suis en stage cette semaine avec Sophie (troisième année, falucharde) que je connais bien et avec Pascale, une jeune diplomée avec qui j’ai déjà bossé à Saint Vincent de Paul au stage dernier. Qu’est-ce qu’elle fait là ? Ben elle fait un peu la navette entre les deux avant la fusion.

8h c’est le staff. Le chef de garde parle des dossiers de la nuit, les internes la ramène, les sage-femmes de salle de naissance précise, les étudiants … la ferme. On se tait et on écoute.

Main perdue.

Il y avait bien cinq mois que je n’avais pas fait de suite de couche. C’est dur mais ça revient très vite en fait. Demain je serai opérationnel.

On a commencé par faire des gutris (remplir des ronds dans un carton avec du sang de bébé) puis des prises de sang et on a fini par voir des patientes un peu partout. Celles qui vont très bien, celles qui vont mal, celles qui en ont marre … et celles qui glissent innocemment « Au fait, mon bébé est un peu jaune non ? » Il y a aussi les allaitements difficiles … et le téléphone qui sonne toutes les minutes et les sonneries qui volent dans tous les coins avec les infirmières et auxilliaires qui restent désespéremment posée sur leur chaise à regarder le panneau qui clignote en rouge. Blasée ?

Les dossiers c’est comme les huîtres.

Les plus petits sont les meilleurs. On passe moins de temps à les lire, les mamans vont bien et on se prend moins la tête. Les gros … ben on met une vingtaine de minute à les lire, une dizaine à les comprendre. Pendant ce temps le petit en 3** fait sa jaunisse et la pédiatre arrive et commence à envoyer des prescriptions dans tous les sens.

La maman, elle, regarde son bébé et chiale. Elle s’excuse de craquer. « On va lui prélever une bilirubine ! ». Et évidemment, c’est à ce moment précis qu’on se rend compte qu’il y a plus de feuille d’examens. Maman craque de plus belle : « C’est ma voisine qui est chiante, et j’en ai marre, et ça va pas et et et … *sanglot* j’espère que ça va aller pour lui » Heuresemment que Sophie est là pour lui expliquer que tout va bien et qu’elle a le droit de craquer. Elle lui remonte le moral en moins de deux, moi je me sens con de pas encore y arriver.

J’vais me taire dans le poulailler … poula poulailler …

Par chance il existe un moment bénis où la sage-femme vous regarde dans les yeux et vous dit « Il est l’heure d’aller manger … on se retrouve dans une heure ? » Une heure de pause, ça fait du bien. On est descendu manger avec Sophie, à Port-Royal il y a une salle spéciale pour les étudiants.

La salle (ou le cagibi) fait 6 m² avec des casiers, un frigo et un micro-onde. On s’y est collé à 12. Les gens en suite de couche, les gens en consultations, les gens en Centre d’Explorations Fœtal, les gens qui passaient leur clinique et même les gens qui savaient pas trop pourquoi ils étaient là mais qui passaient et se disaient que ça serai sympa de manger avec les copines. On s’est serré, ça a papoté et après ça a vraiment, largement, affreusement putassé sur les sage-femmes et les médecins.

Dans n’importe quel hôpital, on explique que Gray’s Anatomy c’est de la fiction, que ça n’existe pas. Port-Royal c’est une exception. Ce n’est qu’une rumeur mais il parait que …

Si on ajoute à ça le catalogue des internes et des externes « biens » que nos étudiantes sage-femme ont dans l’œil, ben moi je me sentais un peu perdu.

Les filles en suite de couche, ça passe son temps à se toucher.

Dixit Sophie. Je ne l’avais même pas noté avant mais c’est vrai qu’à force de parler d’allaitement les filles se touchent vachemment. Et que je me tâte les seins en parlant d’allaitement, et que je me tripotte le ventre en parlant d’utérus. Je crois qu’elle m’a ouvert les yeux : je ne verrai plus les examens d’accouchée de la même façon.

La journée s’est finie, j’ai sauté la moitié de ce que j’ai eu, mais cette moitié n’était pas intéressante. Je ne dis pas non plus que ce que j’ai raconté là l’était.

Ce soir c’est cinéma avec Florian et Stan et demain c’est stage, again. J’ai envie de dormir.

Publicités

§ 2 réponses à Port-Royal au petit matin.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Port-Royal au petit matin. à Journal, deuxième partie..

Méta

%d blogueurs aiment cette page :