Toujours les mêmes gestes.

dimanche 6 décembre 2009 § Poster un commentaire

Ceci n’est pas un article.

J’ai bu un verre de Oban douze ans sec et donc je plane. Sept euros le verre d’extase à l’état pur. Vous pouvez me dire que les bars parisiens sont chers, je vous répondrai que je le sais bien mais qu’au fond je m’en fout.

Dans la salle de La Mécanique Ondulatoire (oui, je vais mettre les noms de bar en italique, comme les titres de livre) il y avait de la bonne musique, des barmans qui s’y connaissaient. Il y avait aussi quelque filles qui dansait, en fait deux catégories : les femmes de 30 ans qui essayent d’en avoir 20 et les gamines de 16 ans en première qui essayent aussi d’en avoir 20. Dans les deux cas c’était passablement ridicule.

L’alcool ne me réussi pas, je commence à parler comme une fille.

Ceci est la vie d’un no-life.

J’ai passé ma journée à ne rien faire tenter de faire des choses constructives. C’est plus ou moins raté, au moins j’aurai essayé. J’ai relu des cours, joué, essayé d’écrire. Il n’y a rien de plus con que de regarder une page blanche pendant des heures. Sinon j’ai écouté le même album de jazz mélodique pendant des heures. Je vous le recommande d’ailleurs : Perpetuum par Edwin Berg. C’est beau, mélancolique.

Je crois que j’ai un peu l’alcool triste à ce stade du récit.

Le bien, tu comprends, c’est tellement bien que le mal c’est mal !

Discussion sur Twilight, où comment l’œuvre d’une mormone puritaine pro-Bush s’est imposé comme un phénomène de mode. Oui, les vampires deviennent végétariens, les femmes tombent enceinte après un rapport sexuel même avec une contraception (et puis quoi, faut pas déconner non plus, la contraception c’est un mythe il parait). Et surtout, surtout, les adolescentes commencent à vouloir être gothique.

Je vais me transformer en prince gothique avec cape noire, bijoux en argent et maquillage comme ça j’aurais plein d’adolescente pré-pubère à mes pieds. Euh … non, reportez vous à la première phrase, je ne suis pas moi même.

Le pire est à venir.

Je n’ai pas réussi à écrire une seule ligne valable de la journée. Je crois d’ailleurs que c’est la première fois que ça me touche à ce point là. L’écriture dans le fond, ce n’est pas ce qui m’importe le plus. Ou si, mais je ne l’ose pas l’avouer. J’aime mes études, j’aime ce que je fais mais j’aime lire et écrire. Par contre me lancer et vivre de ma plume n’est pas possible : le marché français n’est pas propice aux écrivains, je n’ai pas encore l’expérience.

Un jour peut-être que je me lancerai. Ce jour là n’est pas encore venu.

Je vais zoner, essayer d’écrire et de ne pas perdre mon temps jusqu’à ce que moi ou la nuit craque.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Toujours les mêmes gestes. à Journal, deuxième partie..

Méta

%d blogueurs aiment cette page :