Ceci est un mauvais film de série B

lundi 18 janvier 2010 § Poster un commentaire

La vengeance du Zombi mangeur de hot-dog 6.

J’ai reçu mon colis tant attendu après trois long jours d’attente. Des jours interminables. Mais enfin, j’ai eu entre mes mains le fameux Brain Soda, ses clichés, ses rayons.

Pour quelqu’un qui n’a jamais joué à des jeux de rôle pour de vrai (genre pour quelqu’un qui n’a jamais joué ou qui n’a joué à D&D 4.0 ou Warhammer), je vais devoir expliquer Brain Soda.

Comme beaucoup de jeux de rôle, Brain Soda vous demande de jouer un rôle. Quand je parle de beaucoup de jeux de rôle (ou jdr pour les intimes), je pense par exemple à Patient 13, Chtuluh, La légende des 5 anneaux, Kuron, Crimes, Polaris, Agone, Rêve de Dragon, In Nomine Satanis/Magna Veritas, …. C’est à dire un jeux où l’incarnation d’un personnage est quelque chose d’important, où le joueur ne se contente pas de jeter un dé pour faire son baratin et où le monde n’est pas manichéen, n’est pas loyal bon, chaotique neutre ou loyal mauvais. Heureusement que nous avons dépassé ça depuis longtemps. Je vais me faire lyncher par les fans de D&D mais … J’ai parlé de la 4.0 qui ressemble à une mauvaise version de Warhammer en figurine quoi, un peu de sérieux, on va pas se moquer du monde.

Brain Soda, on y incarne un personnage, on lance des dés. Ouais, c’est bien joli, mais on fait quoi exactement ?

Et bien toi le joueur tu joues ton rôle, rôle choisis et/ou confié par le Maitre du Jeu qui a écrit son scénario (qui tiens en général sur un post-it). Alors, devenu une blonde écervelée, tu n’as d’autres choix que de jouer la blonde écervelée : cela inclus bien entendu les scènes de douches où le réalisateur fera des plans rapprochés de ta poitrine et les longues minutes passées à pousser des cris stridents quand le vilain tueur en série (ici donc, un zombi mangeur de hot-dog) s’approchera de toi pour se faire un hot-dog avec cerveau.

Pas de panique !

Le but est de s’amuser, pas de faire un massacre, c’est donc à ce moment là qu’un autre joueur (genre celui qui s’appelle Sean, le footballer exagêrement musclé) viendra à ta rescousse pour vider un pot de moutarde dans les yeux de l’immonde créature et mettre fin à ses supplices.

Le jeu est rempli d’éléments permettant le bon déroulement du scénario, attention un tableau est utilisé en fin de partie pour noter la performance des joueurs et voir si le film aurait pu être diffusé au cinéma pour le plus grand cauchemar des comités de censures (qui ont déjà bien du mal avec une sortie en VHS DVD)

Voir la série B et mourir. De rire.

Ce livre de règle m’a tout de suite donné l’envie irrépressible de mater du nanard. Ça se commande pas, tout le monde a besoin d’une bonne dose d’humour placée en dessous de la ceinture.

J’ai donc reçu deux bonne doses (une dans chaque œil), je suis donc traité pour le mois.

Le premier c’est Lesbian Vampire Killers. Oui c’est un navet, les personnages sont des stéréotypes, les situations aussi, c’est téléphoné, les vampire lesbienne passe leurs temps à se frôler dans des poses lascives en poussant des gémissement et des soupirs de contentement. Les deux héros, partis en randonné, se retrouve rapidement avec le prêtre de la commune (qui connait le seul moyen de tuer Carmilla, la terrible reine des vampires). Cela reste un assez bon divertissement avec une ambiance assez particulière, un humour fin (bon ok, c’est graveleux à souhait, faut bien que j’essaye de me rattraper non ?), des façons de tuer des vampire jamais vu encore à ce jour (et pourtant c’est pas mon premier film de vampire) et des décors gothiques à souhait !

Le deuxième c’est Black Dynamite. Il est encore en salle.

C’est du très lourd. Autant le premier est presque cohérent, autant là … on frise le foutage de gueule. Cela reste délicieux, vintage à souhait, kitch, plein de cliché. Autant le premier était un film marrant qui se prenait pour une parodie, autant lui il s’assume comme un nanard complet avec les codes, les mimiques, les acteurs qui surjouent, les mises en valeur musicale des actions interessant.

Black Dynamite c’est un grand black trop balèze qui maitrise le kun fu, qui couche avec un peu tout ce qui passe à sa portée (on est dans les années 70, le SIDA n’existe pas encore et les IST ben … on s’en fout). Alors quand son frère est descendu par des trafiquants de drogues, Black Dynamite est furieux est décide de se venger. Ce qu’il fait en 25 minutes. Le film dure 2h20. Oui, ce n’est pas une banale histoire de trafique de drogue, c’est pire que ça.

Plus le film avance, plus on s’affaisse dans son fauteuil sans pouvoir s’arrêter de rire. Le film est un hommage appuyé (le genre étau) à la Blackexploitation des années 70 avec son image pourrie, ses faux raccords, ses incohérences scénaristiques, son budget microscopique. Il reste que la salle était pleine et qu’on s’est marré pendant 2h20. Il y a de bonnes affaires.

Sublimation.

Je souffre actuellement de difficultés d’écriture assez importante. Sur le plan graphique ça va mieux qu’il y a quelques temps mais on pourrait faire mieux que ça. Beaucoup mieux que ça.

L’écriture est un besoin quasi-vital pour moi. Aussi important que de lire, boire ou manger. J’y fais passer ce qui ne passe pas ailleurs. Il y a des gens pour qui c’est la clope ou l’alcool, moi c’est le texte, les mots.

Et bien je suis en manque là. Depuis 4 jours j’essaye de penser à comment commencer cette saleté de nouvelle sur une guerre de l’asséchement et du stress hydrique dans le sud de la France. J’ai le début, j’ai des fragments mais ça refus de s’assembler.

Mon histoire de phare a été décrétée comme suspendue pour l’instant. Pas assez de bons éléments pour en faire quelque chose de viable. Hélas mes textes devront passer les commissions d’auto-censure avant de trouver le chemin d’un éditeur. C’est la joie.

En tout cas ce bon millier de mots m’a permis de me libérer d’un poids. Si tu lis ça, c’est que tu viens de les avaler.

Tire une carte chance et … attends la suite, elle ne tardera pas je pense.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Ceci est un mauvais film de série B à Journal, deuxième partie..

Méta

%d blogueurs aiment cette page :