Un ptit beurre des touyous …

jeudi 11 février 2010 § Poster un commentaire

Un mec tout seul dans un office.

Seul devant un gâteau maison, dans un office de salle de naissance, un gars aux cheveux courts chante une chanson connue. 22 ans, c’est pas tous les jours (enfin, c’est un jour dans une vie). Hum, je recommence.

Je me suis levé de bonne heure : ma nouvelle coupe, ma bonne humeur, de garde à Lariboisière pour la journée. Ouais bon, tout n’est par rose un jour d’anniversaire. J’ai pris mon gâteau sous le bras, j’ai pris mon sens de l’humour (yen a besoin à Lariboisière !) et en route !

Garde avec Viviane, Elisabeth et Claire. Et Sophie qui était là pour une patiente VIP.

Au milieu de la matinée est arrivé Selim qui était là pour son stage de D1. Selim est resté là et est reparti à 12h30. Pas pris un bout de gâteau, pas bu un verre de coca, pas vu un seul truc cool. Ce qui m’enrage encore plus c’est que je n’ai pas pu lui montré grand chose. Il n’a pas vu d’accouchement, il n’a pas vu de soins.

J’espère que ça a été mieux aujourd’hui !

Mes patientes ont attendu, comme nous. Un ou deux coups de feu, une ou deux urgences bizarroïdes (la femme qui se demande si ses petites lèvres n’ont pas augmenté de volume ou celle qui s’est électrocuté avec sa cuisinière).

Le pouvoir des cheveux courts.

Tout le monde m’a fait remarquer que ma coupe était belle, cool et sympa. Je crois. Moi je n’arrive pas à m’y faire pour l’instant, je ne me reconnait pas dans le miroir en passant. En mettant ma charlotte pour un accouchement j’ai réalisé que je n’ai plus de cheveux à mettre dedans. Choc de la réalité.

Mais au moins je suis reparti avec le numéro de … Hey mais quel intérêt pour vous ça ? Tout ce que je peux dire que ça fait un sujet que je n’aborderai pas Samedi !

Le Pamphlet.

Je suis sorti à l’heure avec une patiente à dilatation complète, partie haute. D’habitude j’ai les boules mais là j’ai amené l’externe pour lui confier. Je franchi la limite à ne pas franchir ? En fait en regardant derrière moi, j’en ai un peu marre du corporatisme en ce moment.

Et si je suis parti à l’heure c’était surtout pour aller au restaurant. Important d’être à peut près à l’heure dans un restaurant de cet ordre.

J’ai eu des cadeaux, j’ai eu des surprises (ce restaurant est merveilleux) et on a bu plus que de raison. Mais c’était bon.

Sherlock Holmes ? Euh …

Je suis allé voir le film qui est sorti le 3 février. Ca n’est pas Sherlock Holmes et c’est Sherlock Holmes. On retrouve dans le personnage des traits caractéristiques, des citations issues des films ; mais jamais on ne verrai un Sherlock Holmes se retrouver dans ce genre de situation.

J’ai bien aimé le côté un peu steampunk (signal radio, pompe miniaturisées, confusion entre science et magie) et la distillation d’indices … quel dommage que certains aspects pèchent.

Je n’aime pas le personnage de Watson. Un médecin de 30 ans revenu de l’Afghanistan avec une jambe un peu folle et une santé fragile qui devient capable de faire autant de cascade, et bien ça n’existe pas. Même dans les dernières nouvelles de Conan Doyle, il n’est pas aussi casse-cou et surtout pas aussi perspicace. Il ne faut pas oublier qu’avant la confrontation avec Moriarty, Watson reste un genre de faire-valoir : le mec qui demandera à Holmes « Mais comment diable saviez-vous que le meurtrier était un unijambiste qui travaillait dans une brasserie à Lille quand il avait 22 ans ?! » pour que celui-ci livre son explication … au lecteur. D’un autre côté pourtant on se rend compte que Watson est un peu dépassé par la réalité … faire-valoir un jour …

Si je devais, en fait, comparer le personnage et la situation avec un autre détective, je dirai plus Harry Dickson. Parce que Harry Dickson, lui, c’est le genre à aller faire des combats de boxe clandestin, lui c’est plus son genre de taper d’abord. Watson fait d’ailleurs plus penser à Tom Wills pour son côté impétueux et fougueux.

Pourtant le lecteur avisé me dira qu’Holmes est un homme d’action qui sait se battre, qui pratique la boxe et l’escrime … mais à côté de ça un Holmes qui glisse à Watson « Au fait, ya Don Giovanni qui passe à l’opéra » ça ne marche pas parce que le lecteur avisé qui lit ses lignes sait parfaitement que Holmes ne sait pas ce qu’est Don Giovanni, qui est Mozart et n’en a strictement rien à carrer de l’opéra si l’enquête ne fait pas de lien avec.

Je ferai l’impasse sur la description du méchant … il est juste pas crédible (archétype « Sorcier qui fait peur » dans Brain Soda …).

PS : Je m’excuse platement d’écrire des choses aussi vides, j’essaierai de me rattraper demain soir. J’essaierai. Moi je vais finir mes gardes à Lariboisière.

Publicités

Tagué :, , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Un ptit beurre des touyous … à Journal, deuxième partie..

Méta

%d blogueurs aiment cette page :