Mode Elitiste On : Faust.

mardi 30 mars 2010 § 6 Commentaires

Le point de départ de ma réflexion est l’hypothèse suivante : si je parle de Faust ce soir les lecteurs de ce blog de sauront pas du tout à quoi je fais référence et jugeront cette partie comme étant hors de leur portée.

Désolé donc mais j’ai décidé de faire mon Con et Hautain© et de ne pas me mettre au niveau de mon lectorat.

D’ailleurs pour vous montrer à quel point je suis sérieux dans ma démarche, je vous signale que j’écoute ceci et que ceci n’est pas mauvais.

Une journée de microblogging.

Je me suis réveillé Dimanche matin en retard pour la messe.

Je rigole. Reprenons.

Je me suis réveillé Dimanche matin sans syndrome d’intoxication éthylique et j’ai fait attention à ne pas réveiller l’homme qui dormait par terre dans ma chambre. J’ai déambulé dans l’appartement en repensant à la soirée de la veille, un goût mentholé dans la bouche – il parait que cela arrive après s’être lavé les dents – et avec l’envie de ne rien faire.

Dire que je n’ai rien fait est faux.

J’ai attendu patiemment que mon ami s’éveille, que ma sœur s’éveille et nous avons pris tous les trois le petit déjeuner.

Ensuite nous avons disposé du salon avec nos ordinateurs (ceci est un acte de technophilie caractérisé) et nous avons échangé les dernières nouvelles connues d’un certain nombre de personne (les beaufs disent « putasser ») en publiant des inepties sur quelques sites internet comme Twitter ou Facebook.

Paris sous les cerisiers en fleur.

Au bout d’un moment il a bien fallut mobiliser notre corps d’athlète pour aller faire quelque chose de notre journée. Boire deux ou trois verres d’alcool à dix-neuf heure – en enrichissant au passage une brasserie irlandaise au logo de harpe celtique – et prendre quelques photos au passage.

Marcher dans les Halles et prendre des photos. Je tiens par ailleurs à remercier l’imbécile italienne qui a fait fuir mon corbeau. J’avais une photographie intéressante à faire.

J’ai amené Florian jusqu’à Bourse et je suis rentré dans mes pénates pour réviser mon partiel de  Gynécologie-Obstétrique.

Rendez-vous avec la mort (bis).

Comme toujours je suis arrivé sur le fil (parce que prévoir 35 minutes pour aller jusqu’à St Vincent de Paul semble être insuffisant). Le sujet portait sur l’allaitement et sur les infections urinaires. Ma bouche m’a fait ressentir un goût amer quand je me suis rendu compte que j’avais passé ma nuit avec mon cours d’échographie sans que cela ne serve à quoi que cela soit.

Nous avons ensuite eu une séance de raisonnement clinique avec les formatrices. Presque personne n’a séché, je me demande bien pourquoi – ceci n’est pas de la mauvaise foi by the way.

Faust … de Philippe Fénelon.

Je suis donc allé à l’opéra. A Garnier, pas à Bastille. Il y a une différence de décor et parfois de publique. Cela s’est particulièrement senti à la tombée du rideau.

Au niveau des commentaires :

  • Excellente partition : la musique est géniale, l’attaque du deuxième acte avec des basses est tout à fait juste.
  • Très bonne distribution : beaucoup de bonne voix d’homme – j’ai largement préféré Mephistophélès et Görg à Faust par contre.
  • Livret bien mais sans plus.
  • Histoire intéressante : on a une vision très pessimiste de Faust, une véritable descente aux enfers avec un monde qui devient plus dur et plus transgressif à chaque tableau.
  • Une mise en scène contemporaine : avec toutes les connotations d’ordre sexuelle qu’on peut être en droit d’attendre d’une mise en scène contemporaine sans forcement obtenir quelque chose de vulgaire ou de provocant. Elle respecte bien le livret et l’argument.
  • Le crâne géant au milieu de la scène.

Au passage j’ai pris quelques photos pour ma collection personnelle.

</mode élitiste>

Publicités

Tagué :, , ,

§ 6 réponses à Mode Elitiste On : Faust.

  • lyreina dit :

    on regrette cependant que le cerveau de notre athlète fut gorgé d éthanol lors de son évaluation.
    A n’en pas douter pour apprécier Faust de la même manière une préparation chimique s’impose.
    est il utopique de sa part de croire que tout individu pourrais ne serais ce qu’approcher cette endurante capacité?

    Mon hiatus étant totalement intéressé je suggère, afin d’être plus objectif, qu’il retourne à l’opéra en état de sobriété parfaite. et accompagné afin d avoir la balance des points de vus.
    On pourrait m objecter que ‘la place coûte un membre » mais à ceux qui oseraient brandir cet argument creux je rétorquerais que la vérité n’a pas de prix.

    • gromitflash dit :

      Pour répondre, et en utilisant un vocabulaire adapté au niveau de mon interlocuteur, il faut savoir en premier lieu que j’étais sobre. Il n’y a pas que le billet d’opéra qui coûte un membre, la coupe de champagne à l’entracte aussi. Surtout quand la génitrice de l’auteur est présente pour donner son avis. Oui j’ai débattu avec elle pendant un moment parce que je trouvais le livret quelconque alors qu’elle le trouvait superbe. Cela arrive.

      J’imagine donc que ce qui t’as choqué (si tu as pu aller à l’opéra) est beauté du répertoire contemporain. En même temps aller voir un opéra contemporain sans savoir à quoi s’attendre et sans apprécier la musique contemporaine (Bernstein, Stravinski ou Britten) c’est une expérience intéressante mais risquée. Pour ce qui est de la mise en scène, j’ai vu des vieux cons huer un opéra à la mise en scène minimaliste parce qu’il n’y avait pas de costume d’époque. Pour un opéra de 2007, je me demande à quoi on peut s’attendre.

      J’y retournerais avec plaisir si j’avais les moyens. Et une bonne compagnie.

      Faire voir la vérité aux aveugles, c’est toujours quelque chose d’émouvant.

  • lethon dit :

    tu as raison, seul toi connais faust, qui est ce donc?

    • gromitflash dit :

      Jamais dit que j’étais le seul à connaître Faust … Pas comme si c’était un élément de culture classique commun à toute personne ayant reçu une éducation classique.

      Donc de plus en plus rare hélas.

      (Ah et sinon pour Faust, c’est un charlatan qui a vécu pendant le 16e en Allemagne sous le nom de Docteur Faustus et qui a connu une fin étrange … et qui était accessoirement accusé d’avoir passé un pacte avec le diable et qui a donc inspiré plusieurs livres, opéra … mais pourquoi je réponds aux basses provocations ?)

  • lethon dit :

    peut-être devrais-tu lire l’histoire de Narcisse, fort instructif.

    • gromitflash dit :

      Déjà fait depuis longtemps. Par contre celle que j’aimerai lire en ce moment, c’est l’histoire de quelqu’un qui passe son temps à lire la vie des autres pour vivre à travers eux. J’ai cherché mais je n’ai pas trouvé. Peut-être parce que ce genre de vie ne présente pas d’intérêt ? ;)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Mode Elitiste On : Faust. à Journal, deuxième partie..

Méta

%d blogueurs aiment cette page :