Tempus fugit, addendum.

lundi 12 avril 2010 § 3 Commentaires

D’abord un aveux.

Oui, j’ai eu la flemme de trouver un titre de billet plus original. Si ça ne vous plait pas, vous pouvez toujours fermer la page.

J’étais hier sur le point de finir mon bel article quand soudain … Je suis sorti prendre l’air et faire de la photo.

D’abord prendre des photos, pour progresser en photographie. On prend une photo et on la lâche en pâture à des inconnus. Ceux qui passent à l’occasion. Et au passage ça permet de sonder ce que les gens aiment et ce que les gens n’aiment pas.

Concentrons nous cet ajout  à l’article d’hier !

Soirée Black & White.

On peut comparer ça (en tout cas c’est à ça que ça ressemble quand ma sœur en parle) à une soirée SM. Prosaïquement : « Mais qu’est-ce que tu vas faire chez une fille avec qui tu t’es engueulé il y a 3 ans ? » Toujours une bonne question. Je remarque juste que c’est elle qui veut me revoir et que le courant repasse encore.

Et puis une fois de temps en temps c’est pas comme le quasi 12h/24h qu’on vivait à une époque.

J’ai rencontré quelques personnes, on a discuté, mangé des crêpes. Bu aussi, mais peu. Une bonne soirée au final, mais je m’attendais à bouger plus. On aurait dû mettre de la musique.

En rentrant je me suis amusé à faire des photos en noir et blanc. Haute sensibilité et donc beaucoup de bruit sur l’image, mais on s’en fout c’est du noir et blanc alors ça ne choque pas l’œil. Je suis assez content de certains résultats.

Une histoire de vampire et de momie.

Cette après-midi j’ai fait une partie de jeu de rôle. Initiation pour débutante à base d’archéologue blonde. Pas un scénario qui cassait des briques mais c’est resté correct.

Dans le froid on est resté un peu congelé (en fait c’est l’effet « 12°C dans le vent » qui est traitre) et j’arrivais même plus à tenir un stylo pour écrire.

Heureusement, assez rapidement, le ténébreux Van Helsing a réussi à mettre une Ste Grenade d’Antioche dans la gueule du méchant avec une jolie fin ouverte qui laisse présager une séquelle. Toujours.

L’anglais, c’est fini.

A priori je suis parti pour avoir un joli 18,6 en anglais cette année. Ça me va parfaitement.

Au passage, être évalué sur de l’anglais d’entreprise quand on est dans le médical, je voudrais pas dire mais c’est moche. Je m’en fous de pouvoir organiser une signature de contrat avec une société pharmaceutique. Vraiment, j’en ai rien à quarrer.

Mais ces trente heures de tortures psychologiques sont finies et, a priori je n’aurai plus jamais à utiliser Tell Me More.

Publicités

Tagué :, , , ,

§ 3 réponses à Tempus fugit, addendum.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Tempus fugit, addendum. à Journal, deuxième partie..

Méta

%d blogueurs aiment cette page :