La machine à claques. Petit (cheval de) Troy.

lundi 10 mai 2010 § 4 Commentaires

J’ai laissé un trou béant derrière moi.

Mercredi j’étais au colloque de la CASSF. Confédération des Associations et Syndicats de Sage-Femme.

Une belle invitation officielle (extorquée par des moyens vils et relationnels), un atmosphère emplit motivation. Et ma directrice et mes formatrice, toutes présentes.

J’ai pris place dans l’amphithéâtre … celui de l’Hôtel de Ville. Et j’étais accompagné de Lucile. Vous avez lu l’article précédent et vous savez en gros qui c’est, sinon ben … dommage, il faudra faire avec. Rien à foutre de faire dans le parcellaire. Ce type de considérations stylistiques, c’est votre problème.

Un colloque de la CASSF c’est encore plus violent qu’une AG de l’ANESF.

On était le 5 mai, on était donc la « Journée Internationale des Sage-Femme », édition 2. L’année dernière on était descendus dans la rue pour râler un coup.

Les interventions se sont révélées très variées. Les avancées sur les maisons de naissance, les femmes et la précarité …

Et puis le passage sur les études de sage-femme qui m’a fait sourire : j’ai le nez dedans depuis presque un an et demi maintenant ; entendre parler de la L1 Santé qui est devenu la PACES, entendre parler du master de maïeutique et des instituts universitaires.

Je me suis rendu compte ensuite, lors des débats, que les sage-femmes étaient très divisées entre elles sur certains sujet. L’IVG, la contraception, l’extension des compétences, les maisons de naissance, la pratique hospitalière.

En AG on s’envoie des piques (ou cartouches dans le jargon) pour se titiller ; elles jouent à balles réelles.

Bonjour, je suis en stage !

Je me suis bien marré à ce colloque, j’ai rencontré plein de monde, j’ai appris plein de chose et j’ai croisé la moitié de l’équipe pédagogique de l’école.

Quoi de plus drôle que d’aller les voir pour les saluer et de leur répondre, quand elles demandent ce qu’on fait là, « Je suis en stage voyons ! » Notez que ça n’était pas faux. C’est Catherine qui m’a proposé de venir ou d’avoir ma journée de libre. Le choix était vite fait.

Ce qui me fait tout drôle c’est le sourire complice que l’on voit ensuite se former sur le visage des formatrices. « Et ben vous avez bien raison d’en profiter ! »

En marge.

J’ai fait le colloque avec Lucile.

On est sorti à la pause midi pour manger des sushi dans un petit restaurant de la rue du Roi de Sicile, et ensuite on est allé chercher les desserts dans une super pâtisserie à deux pas.

On a beaucoup parlé … et je pense qu’il va falloir que je l’appelle demain, histoire de voir ce qu’elle fait Jeudi soir. C’est que j’ai une place en plus pour un Opéra et que je n’ai pas grand monde pour m’accompagner.

Publicités

§ 4 réponses à La machine à claques. Petit (cheval de) Troy.

  • 10lunes dit :

    Tu as vraiment trouvé ça violent ?
    Il me semblait plutôt que les positions étaient assez consensuelles. Les priorités de chacun étaient évidemment différentes (les MDN doivent apparaitre bien superflues aux copines de PMI ) mais les combats des uns étaient écoutés et compris par tous. Non ?
    Peut-être suis-je « blasée »… ( tant qu’on ne se tape pas dessus, je crois que tout va bien ! ? ) mais j’y ai vu plutôt une belle unité de pensée au service des femmes.

    • gromitflash dit :

      Et bien …
      J’ai trouvé certaines réactions sur l’extension des compétences assez dures. Certes on ne l’a pas choisit, c’est en quelque sorte imposé mais la femme reste notre champs d’activité non ? (et puis le terme « violent » est peut-être un peu trop fort … mais tout de même quelques jolies cartouches …). En me relisant je crois que j’ai été trop tranché dans ce que j’ai exprimé … même si je ne renie pas ce que j’ai écris : il y avait, en sous-jacent, des points de vus qui étaient parfois contradictoires (sur les maisons de naissance vs plateaux technique par exemple).

      Je suis quand même d’accord sur ce point : il y avait une belle unité de pensée, une union des professionnelles au service des femmes et, malgré des divergences sur certains détails, une volonté commune de progrès et d’affirmation !

      Vraiment une belle journée, très instructive et qui montrait l’immense diversité du métier !

  • Luciles dit :

    Pauvre Lucile !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement La machine à claques. Petit (cheval de) Troy. à Journal, deuxième partie..

Méta

%d blogueurs aiment cette page :