Das Urteil.

jeudi 13 mai 2010 § 2 Commentaires

L’histoire d’un étudiant sage-femme jugé par ses futures collègues sur un dossier cassos.

J’ai pleinement conscience de l’aspect Kafkaien que reçoit cet article grâce à ce titre … Et puis il faut faire des titres en allemand de temps en temps : tout le monde trouve ça si cool de mettre des titres en anglais.

Trêve d’expressions vomitives sur la plèbe ignorante et parlons du sujet qui nous préoccupe aujourd’hui : ma clinique d’hier. Et puis après je vous ferai un petit truc sur mon passage au planning qui m’a plutôt conforté dans mes opinions.

Hors donc je me suis rendu sur le site infâme de Port-Royal. Mardi matin, temps gris et pluvieux. L’ambiance de vestiaire était surchauffée. Huit étudiants sage-femmes à bout de nerf, huit étudiants motivés avec une boule au ventre. Huit étudiants venus affronter la pire épreuve de cette année.

J’aurais bien ajouté un orage, des éclairs et tout le tintouin mais les souffles épiques c’est has been.

C’était donc le double jury de fin de phase. Un étudiant, une formatrice, une sage-femme du service, 20 minutes pour faire la synthèse de dossier, 20 minutes pour le présenter et 20 minutes avec la patiente. L’exercice de style par excellence.

Ce dossier n’était pas vraiment difficile. Je vais dire que j’ai eu de la chance parce que je suis en stage en PMI et qu’il s’agit exactement du type de dossier que je traite depuis le début du stage : femme sans papier, isolée, jeune, en situation précaire, logé par le 115. En même temps, le nouveau né à J6, si tout le monde va bien (dossier physiologique pour mon niveau) c’est souvent un problème d’hébergement.

J’ai donc couru sous la pluie, j’ai récupéré mon dossier, j’ai torché la synthèse en 15 minutes et j’ai été voir la patiente pour lui poser quelques questions … et au passage j’ai fignolé quelques détails. Juste à temps pour que mon jury me prenne à part et m’emmène dans le salon d’allaitement.

Je pense que j’ai été clair, précis, concis et que j’ai bien ciblé le dossier. Le seul reproche qui m’a été fait est l’absence de conclusion général (même si j’ai appuyé pendant tout l’exposé sur le fait qu’il s’agissait d’une grossesse normal avec des problèmes de précarité.

Ensuite l’examen du nouveau né. J’ai été opportuniste : j’avais dit à la mère qu’elle pouvait aller faire le bain pendant que je préparais le dossier. Peut de risque pour le nouveau-né : séché, à 6 jours de vie, il commençait à avoir une thermorégulation potable (et des courbes de température assez bonnes). J’ai donc sauté sur l’occasion et un bébé en body pour me lancer.

J’ai examiné rapidement (je pense que 10 minutes pour un checkup détaillé c’est une bonne chose) en ciblant mon examen par grandes fonctions. J’ai expliqué quelques trucs à la mère, faire genre je connais, j’ai vérifié qu’elle avait des gens pour l’aider après …

Le but c’est pas de répéter ce que j’ai demandé à la patiente au moment où je préparais mon dossier, mais de le répéter pour que le jury l’entende. Je trouve vraiment que cet exercice est chiant au possible.

Et ensuite il s’est agit de faire les transmissions à la sage-femme du service (pour que quelqu’un fasse quelque chose de vraiment sérieux pour cette patiente, plus loin qu’une clinique) et j’ai exprimé mon pronostic pour le bébé. Médical, affectif et psycho-social. Pas vraiment un dossier difficile, mais un contexte difficile.

Bonne chance ptit gars !

« Au fait … t’es qui toi ? »

La clinique est passée comme dans un rêve, mon jury s’est retiré pour délibérer et je suis resté comme sonné dans le couloir. Les collègues préparaient leurs dossiers un peu partout ; d’autre le présentait à leur jury. J’ai erré un peu. Une infirmière avec qui j’ai pas mal travaillé en Décembre est passé dans le couloir et m’a dit bonjour.

« T’es en stage ? Tu viens de quel IFSI ? »

J’ai réfréné ce joli rictus méprisant qui me montait aux lèvres (ouais, on est habillés comme les étudiants infirmiers et aide soignant à l’école ; on pourrait pas avoir des hauts roses ou des blouses longues ?) pour répondre « Non je suis en clinique … mais j’étais en stage ici en Décembre ».

« Ah bon ? »

Et ouais, moi je fais l’effort de me souvenir du prénom des gens avec qui je bosse …

Le verdict.

J’ai fini par me trainer à côté de l’office. Mon jury décidait de mon sort. Je sais qu’elles parlent de moi, je sais qu’elles jugent ma performance, qu’elles la triturent, la retournent, la notent. Je me sens redescendre sur Terre et passer en revu tous les scénarios possibles et imaginables.

Elles m’ont enfin fait signe d’entrer les voir et je me suis assis à leur table.

Le temps de l’autocritique était venu. Oui, d’habitude on parle d’auto-évaluation, mais ma directrice a utilisé ce mot : « auto-critique ». J’ai trouvé ça un peu … déplacé. Mais bon, passons, je ne serai pas aussi tatillon qu’elle sur les termes utilisés.

En gros pour résumer (et sans me jeter de lauriers) :

  • Mon niveau est « excellent » pour une fin de phase avec « de solides connaissances théoriques ».
  • Le dossier n’était pas simple mais je m’en suis bien sorti.
  • J’ai « vraiment progressé par rapport à l’année dernière »
  • Et surtout ma directrice « n'[a] plus de doute quant à [ma] motivation, comme l’année dernière »
  • « C’était vraiment bien, j’attends de bosser avec toi cet été ! »

Je ne sais pas si la dernière phrase est de bonne ou de mauvaise augure. Juste qu’après ma piètre prestation du mois de mars.

En sortant je me suis même offert une danse de la victoire dans le vestiaire de Port-Royal.

Publicités

§ 2 réponses à Das Urteil.

  • Mel dit :

    Des titres allemands, tu penses vraiment ? J’suis d’accord, encore et toujours des titres en anglais c’est si peu original. Mais en Allemand…
    Sinon, Bravo donc !

    • gromitflash dit :

      Merci :o

      Sinon c’est un reste du mode élitiste de l’autre fois … tiens d’ailleurs on risque d’avoir un autre truc élitiste demain … j’ai peur. Je vais encore me faire conspuer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Das Urteil. à Journal, deuxième partie..

Méta

%d blogueurs aiment cette page :