Edo17, Acte 2 Scène 1.

lundi 24 mai 2010 § Poster un commentaire

Vendredi dernier.

Vendredi, @Exirel m’a dit : « Au fait, t’as 15 minutes à perdre ? ». J’avais 15 minutes à perdre à ce moment là. Ce qu’il s’est passé ensuite fera l’objet d’un article plus fouillé.

Il m’avait parlé d’une vitrine. J’ai fait allusion plusieurs fois à un jeu, à un projet que j’avais en commun avec lui, sans vraiment prendre la peine de vous donner des détails. Le problème c’est qu’il m’avait lié la langue et avait braqué un pistolet chargé sur ma tempe. Pas la possibilité de m’étendre donc … ou alors je me serai étendu dans une flaque de mon propre sang.

Il s’est donc produit Vendredi quelque chose de nouveau. Edo17 est en ligne. Enfin … sa vitrine est en ligne. Ce n’est plus un petit wiki invisible qui cache ses charmes aux passants ! Maintenant il s’agit d’un site, d’un blog ! De quoi vous faire encore baver un peu ! Vous pouvez le trouver à cet endroit là.

Gestation et résumé de l’Acte 1.

A une époque lointaine (ça fait déjà presque une bonne année) je bossais sur un projet personnel qui associait à la fois du jeu de rôle, de l’expression littéraire et un tas d’autres choses. Ce projet là n’a pas vu le jour mais j’en avais parlé à pas mal de monde. J’ai beaucoup sympathisé avec @Exirel à ce moment là. Dans un restaurant japonais il a fini par nous parler de son projet à lui.

En même temps une partie de notre temps était occupé à cracher sur Kraland Interactif. Le jeu devenait (et est toujours) plutôt lourd. Règle et background rigide, beaucoup de deus ex machina et de rustines pour éviter que l’univers ne s’effondre et une ambiance qui commençait à devenir pesante. On s’est amusé un moment mais ce moment est fini.

@Exirel nous parla donc d’un truc bizarre. Un jeu d’un genre nouveau, aux sensations nouvelles. L’idée d’adapter un univers à la fois assez rigide pour obliger tout le monde à jouer dans le même référentiel et à la fois assez souple pour permettre à chacun d’être fantaisiste.

Quelque chose qui sera assez violent en fait.

On s’est donc mis au travail, à faire des réunions jusqu’à des heures impossibles, à écrire des milliers de caractère sur un wiki, à noircir des pages. Un univers a commencé à se dégager et cet univers me plait de plus en plus (en même temps, j’y ai mis beaucoup de moi même).

On a cherché la cohérence avant toutes choses, un peu de dépaysement … mais je crois que j’en dit trop.

Je retourne bosser sur le sujet et je vous laisse découvrir tout ça. On en reparlera !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Edo17, Acte 2 Scène 1. à Journal, deuxième partie..

Méta

%d blogueurs aiment cette page :