Quelques souvenirs de Planning.

samedi 5 juin 2010 § 12 Commentaires

Lire dans le désordre.

Cet article aurait dû être écrit du temps de mon stage en PMI et ne l’a pas été, sans doute par flemme et puis parce qu’il y avait des partiels à réviser. Maintenant que je suis plus au calme je peux donc m’adonner à quelques petits exercices, surtout que l’article récent sur ZoneZérogènes auquel j’ai répondu ceci.

Pour les flemmards, l’article nous narre (avec humour) les déboires d’une mère féministes qui se retrouve face aux interrogations de sa fille de 6 ans sur son clitoris, et sur la réaction assez anormale (à mon sens) qu’a eu la mère de « Julie » en expliquant à sa fille à elle que « c’est mâaaaal ». Ma mère en lisant l’article s’est frotté les yeux (parce qu’elle n’y a pas cru au début).

Cela me rappelle quelques histoires de planning et surtout cela me fait penser une chose intéressante : et si c’était nous la minorité ?

Idées reçues.

On nous avait prévenu. En cours de contraception on avait même rigolé franchement en se disant que ça n’était pas possible.

Cette journée au planning m’appris une chose : non seulement c’est possible, mais en plus c’est fréquent et c’est de notre faute. En même temps c’est aussi de la faute des administrations des collèges et lycées qui n’organisent pas d’éducation sexuelle digne de ce nom, mais quand même quoi … sans blague …

Dans le genre cas réel, nous avons eu droit à :

« Mais je croyais que je pouvais pas tomber enceinte la première fois ! »

« Il parait qu’au bout de trois fois [la pilule du lendemain] rend stérile … »

« J’ai des relations depuis deux ans mais j’ose pas prendre la pilule, je sais pas si ma mère l’accepterai. »

« J’ai arrêté les capotes avec mon copain depuis deux mois : on a fait le test et on est négatif [pour le VIH] »

Et je vais m’arrêter là.

Il y a d’abord la méconnaissance qui est là. Elles ne savent pas ce qui est vrai ou non, il y a des rumeurs qui trainent, du bouche à oreille … à l’époque d’internet je n’ose pas aller voir (en ce qui me concerne) sur les forums doctissimo (parce que ça fait peur) mais il y a pas mal de ressources en ligne pour ça. Ah mais le bouche à oreille … Je ne sais pas d’où viens cette drôle d’idée comme quoi le Norlevo (aka pilule du lendemain pour les non intimes) rend stérile …

Ensuite il y a le cas « Julie ». Ces mères qui ne s’imaginent pas que leur fille adorée puisse faire … ça. Dans ma classe j’ai vu avec étonnement des filles avoir du mal à en parler de vagin. Surtout quand la formatrice évoque les dyspareunies dûe aux mycoses (aka les rapports sexuels douloureux), cela amène un silence gêné sur le groupe.

C’est notre boulot pourtant non ?

Mais pourtant, c’est caché … il doit y avoir une raison non ? Ça doit sale et interdit alors, pas d’autre explications hein ? Il parait même que ça donne des maladies (ceci est une private joke) alors … vous pensez bien qu’il est anormal de parler de ce genre de chose avec sa fille.

La dernière m’a scié. La capote contre le VIH, ouais, ok. Elles oublient, parait-il dans 50% des cas, la grossesse ou le VIH. Et les autres trucs elles savent pas toujours (si ce n’est rarement) que ça existe. Un stérilet ? « Ça rend stérile non ? » ou « Faut pas déjà avoir eu des enfants ? » Ces entretiens de contraceptions sont intéressants : on démêle les idées reçues, on répond aux angoisses et on aide à choisir.

Au final une discussion sympa.

Mais, comme s’en plaignent les sage-femmes, il y a vraiment trop peu de garçon qui viennent les voir. La contraception serait donc une histoire de fille et  pas une histoire de couple ?

L’éducation des garçons n’est-elle pas une priorité ?

Et si l’article qui a servi de départ à ce billet s’était appelé :

Sexe : que transmettons nous à nos fils, nous les héritières de la libération sexuelles ?

Autre lumière et autre question pourtant peu traitée.

Publicités

§ 12 réponses à Quelques souvenirs de Planning.

  • ambre dit :

    attend, on a eu pire au planning ici: « on a eu une rapport, enfin, on est resté habillés, ya un risque de grossesse? », une autre jeune fille qui avait des rapports en utilisant un préservatif « des fois » et qui s’étonne d’être enceinte, et une écolo-bio qui refuse de prendre des hormones, qui ne veut pas de capotes au moment de l’ovulation parce que « c’est le moment le plus agréable pour moi », et qui fait donc des ivg tous les 3 mois… déprimant.

    • gromitflash dit :

      Après tout, ça reste aussi son problème.
      Pour le rapport habillé, j’ai envie de dire « lol » mais je me retiendrai.
      Pour la patiente écolo-bio … je me dis qu’on devrait être lui filer des éponges et des spermicides, ça peut limiter la casse non ?

      C’est quand même assez méchant d’utiliser l’ivg comme moyen de contraception.

  • elisabeth dit :

    « le préservatif a craqué, mais je ne pensais pas etre enceinte, le trou était tout petit » (taille d’un sptz =5 microns, mais ce n’est pas le moment de lui en parler….)

    J’avais envie de me frapper la tête contre le mur en planning (celle qui vient pour sa 7e IVG, celle qui veut une cape (indice de pearl =20%) alors qu’elle a 20 ans et 3 IVG derrière elle…., celle qui ne veut pas de contraception parce que sa religion le lui interdit (réponse de l’infirmière: « parce que votre religion autorise l’IVG que vous venez de faire???? »))

    Sinon, pour les écolos, pourquoi ne pas proposer Billings (qui, bien pratiquée, permet au moins d’espacer les naissances…)

    Dans un hopital, au bout de 3 ivg, c’est sous local (pour leur faire prendre conscience de se qui se passe).

  • elisabeth dit :

    Mais je crois que ce qui m’a rendue folle c’est surtout:

    « mon gynéco ne voulait pas me poser de stérilet »

    « mon gynéco m’a dit, à 45 ans vous ne tomberez plus enceinte! » (la preuve que si!)

    et un interne en suite de couche qui ne veut pas poser d’Implanon, mais surtout qui n’appelle pas un de ses collèges pour le poser (heureusement qu’il y a eu une SF pour rattraper le coup)

    • gromitflash dit :

      Déjà bienvenue à toi !

      Parfois on se demande à quoi elle pense, mais surtout je me demande si elles ont eu une vraie information … au final, c’est peut-être notre faute à nous aussi … et surtout celle des gynéco flemmards qui expliquent qu’il faut mettre tout le monde sous pilule. Peut-être. D’ailleurs ça m’a frappé le nombre d’interne qui « n’ont pas le temps d’aller poser un implanon en suite de couche ».

      C’est vrai que Billings a des avantages, mais il y a des femmes que ça rebute d’aller chercher la glaire avec leurs doigts. Mais c’est vrai que ça reste une méthode qui peut être assez fiable si elle est bien maitrisée. « C’est toujours mieux que pas de contraception du tout ».

  • ambre dit :

    elisabeth: billings, je connais bien…mais justement, celle-là adore les rapports pendant l’ovulation… donc oui, on lui a proposé les méthodes locales, mais elle avait pas l’air très partante…
    les conneries des médecins sur la contraception, je vois souvent et ça me mets très en colère…
    pour le « lol » sur le rapport habillé… honte à nous mais la conseillère du planning a reçu le coup de fil alors qu’on était en train de manger à l’office, elle a du sortir parce que… on était mort de rire…
    nous, certaines ivg sont sous locale, d’autres sous AG, ça dépend du choix de la patiente, mais aussi du terme, au délà de 12SA c’est forcément sous AG… je trouve surtout qu’on devrait un peu plus encadrer le nombre d’IVG… après tout, il y a un sacré risque quand on en fait beaucoup!!! le pire, c’est que l’écolo accuse la pilule de faire tomber enceinte moins facilement… parce que l’IVG, ça n’a aucun impact sur la fertilité?

    • elisabeth dit :

      Bah non voyons, l’IVG n’a aucune conséquence sur la vie future! (c’est ce qu’on m’a martelé plusieurs fois)
      Or:
      les conséquences psy, personne ne peut les nier
      quand tu vois ton cours sur MAP et fausses couches tardives tu voie que oh, l’IVG est un facteur de risque
      quand tu voie ton cours sur les placenta accreta, tu voie que oh, c’est aussi un facteur de risque…
      En gros, l’IVG n’a pas de conséquence, mais plein de complications obstétricales ont l’ivg comme facteur de risque, chercher l’erreur!

      • gromitflash dit :

        On remarque aussi que l’IVG est cité comme les facteurs faisant baisser les risques de prééclampsie sur une deuxième grossesse s’il s’agit du même procréateur.

        Comme le dit si bien Ambre, il y a des jours où l’Obstétrique et la Logique semble très séparées.

  • ambre dit :

    la logique et l’obstétrique, des fois…

    • elisabeth dit :

      C’est l’IVG qui la fait baisser ou le nombre de grossesse ou encore le temps de « cohabitation sexuelle »…?

      • gromitflash dit :

        Le nombre de grossesse bien sûr … mais si on compare les primipares ça fait une différence significative pour celles qui ont une plus grande gestité.

  • […] de considération sur l’éducation sexuelle), un avis sur l’Emprunt national, et mes souvenirs du Planning Familiale (je pense que c’est beaucoup parce que les filles aiment rire de l’ignorance des […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Quelques souvenirs de Planning. à Journal, deuxième partie..

Méta

%d blogueurs aiment cette page :