Avoir un blog, partie 2.

jeudi 10 juin 2010 § 3 Commentaires

C’est encore un article de fond.

A cette heure-ci je devrais être couché mais je n’arrive pas à fermer l’œil. Et puis bon, je l’avais promis.

Donc je vous remet en garde : ceci est un article de fond qui va parler de l’expression sur internet, plus précisément de l’expression via plateform de blogging, de motivation, d’écriture … etc.

Donc si vous êtes ici pour entendre parler de foufoune et bien … fuyez !

(ah et je suis en stage en néonat donc si je parle de foufoune, c’est des enfants entre 0 et 5 jours, souvent prématurés … pas vraiment d’intérêts, si ?).

Qui blog ?

Déjà, le bon réflexe c’est celui là : qui blog ? Y a-t-il des profils de blogueurs ?

Un blogueur est quelqu’un qui fait la démarche de jeter son message à la face de l’univers. Le simple fait de le mettre en ligne et donc de le rendre visible de la plupart des gens est une démarche qui est chargée de sens. On écrit parfois pour soi, parfois pour les autres : écrire un blog veut dire écrire pour les autres.

En effet, le fait d’écrire quelque chose sur un blog signifie aussi que l’on est prêt mentalement (ou que l’on pense être prêt) à être lu. Ce n’est pas anodin. J’ai battu sur ce blog le record d’affluence de tous mes autres blogs : je suis, en 7 mois à plus de 5000 pages vus, ce que je n’ai même pas obtenu sur les autres en plus de deux ans.

Je remarque qu’être lu change la façon d’écrire. Ce n’est presque plus du jeux en fait. On s’empare d’un message à passer à son lectorat, on reçoit des commentaires, des feedback, des impressions. Parfois on nous dit qu’on aime ce qu’on écrit, parfois on reçoit des réactions violentes (surtout quand on parle de cheval ; oui je rigole encore de ça).

Les raisons qui poussent un lecteur se confondent justement en ce fait : il doit faire passer un message. Mais combien d’entre nous on un message personnel à faire passer ? Combien ont des messages commerciaux ? Ou idéologiques ? A la base un blogueur va exprimer des choses auxquelles il croit ou auxquelles son personnage se rapporte.

Car combien de blogueurs jouent un personnage ?

Cette notion de personnage est intéressante car elle me rappelle en grande partie le théâtre. Au théâtre, surtout dans les tragédies, le public évacue son stress, sa tension sur les acteurs. Les acteurs se protègent aux moyens de personnages. Une des subtilités du théâtre d’improvisation est de pouvoir créer un personnage en moins de dix secondes, personnage viable d’ailleurs, qui permettra de posséder une protection face à l’autre et face au public. Car j’ai vu des acteurs s’effondrer sur scène parce qu’ils n’avaient pas de masques.

Si le blogosphère est un théâtre, alors nous possédons tous un masque.

Ce masque n’est pas condamnable car il est nécessaire. Personne ne peut décemment écrire son journal intime sur la toile sans le masque de l’anonymat et à contrario personne ne peut écrire à visage découvert tout ce qu’il pense. Les gens avec un peu de bon sens n’oublient pas qu’internet est une partie du monde réel, que les gens qu’ils connaissent à l’extérieur sont réels et qu’ils peuvent lire ce qu’on écrit. Je ne me soucis pas de qui lit mon blog parce que je n’écris rien qui puisse me poser de réels problèmes.

Je ne parle pas, par exemple, de toute ma vie sentimentale, des soirées auxquelles je vais, de qui je drague, de qui j’embrasse, d’avec qui je rentre et ce genres de choses. Certes, j’en parle, mais de vive voix, à des amis et là où les autres ne peuvent nous entendre. Cela s’appelle la pudeur élémentaire.

Je pourrais également avoir un blog dédié et anonyme … mais je crains que cela ne présente guère d’intérêt.

Pourquoi bloguer.

Je crois qu’@Edenlys attendait ce paragraphe depuis le début du précédent article en fait. J’ai l’impression de passer à confessions intimes et en plus je n’ai pas de coca.

Il y a longtemps (instant mélodrame) j’étais un jeune garçon plein de bonnes idées (reçues ou non) et de naïveté. C’était le collège. Un petit collège. Comme beaucoup de geek de l’époque j’avais le choix entre faire le souffre-douleur et faire les devoirs de physique des autres et comme j’aimais bien la physique à l’époque (ça a bien changé) je préférai la deuxième option. Cela rendait mon monde presque vivable.

A cette époque j’eus mon deuxième ordinateur. Le premier (que j’avais eu à 4 ans … oui, j’ai dit geek) était un vieux IBM 2 avec 30Mo et un processeur qui battait des records de vitesse ! Mais à l’époque je jouais aux jeux vidéos.

A l’époque du collège aussi d’ailleurs.

On remarquera en fait qu’il s’agit d’une continuité. Parce que moi, pendant que les autres jouaient au foot, je me réfugiais à la bibliothèque ou au CDI. Je lisais, bien sûr, mais aussi j’écrivais. Beaucoup. Hélas, trois fois hélas, l’écriture a ses défauts de lenteur et étant gaucher cela m’arrangeais peu. Heureusement un bon génie avait inventé le traitement de texte.

Si bien qu’un jour, je commençais, comme beaucoup, un journal intime. Je l’ai paumé mais entre le jour où je l’ai ouvert (en milieu de 4e) et le jour où je l’ai fermé (en décembre de ma 1ère) j’y ai accumulé 170 pages word mal orthographiées, mal syntaxées et fort heureusement disparues à jamais. Mais je me souviens que j’ai vraiment écris beaucoup de connerie.

Entre la première et la PCEM1, en fait, j’ai eu des carnets, j’ai eu quelques brouillons. Rien de folichon. Rien d’extraordinaire. Et puis, un jour de mai, à la fin de ma première PCEM1, j’ai ouvert un blog. Vous le trouverez en bas à droite dans les liens. Et jusqu’en Décembre de l’année dernière j’y ai écrit régulièrement.

L’avantage du blog par rapport au support papier et au document de traitement de texte, c’est qu’il peut être lu. L’inconvénient, c’est qu’il peut être lu. On ne peut donc pas y écrire tout ce que l’on veut, surtout quand on veut éviter le paquet d’emmerdes et de gifles que l’on est en droit de recevoir pour ce que l’on pourrait dire.

Laissons là ces considérations. J’ai un journal blog d’une part par narcissisme (ça me rend tout bizarre de me dire que des gens peuvent lire ce que je fais tous les jours) et d’autre part par envie d’être lu. Chose qui s’est typiquement développée depuis le Lycée en fait. C’est à ce moment là que j’ai commencé à produire de la (mauvaise) fiction sur le forum Nobleme (et à d’autres endroit fort peu recommandables).

Je me suis fait, peu à peu, à l’idée que les gens pouvaient me lire et que j’écrivais pour autrui. Il aurait été totalement contraire à ce mouvement de tenir un journal purement personnel. Et l’intérêt d’un blog c’est que les gens peuvent répondre.

Ce qui m’a frappé, en réalité, c’est qu’il s’agit ensuite d’écrire des choses intéressantes. D’être en quelque sorte quelqu’un d’unique, d’avoir sa patte. Le fait d’avoir sage-femme a changé pas mal de chose. Le fait de m’intéresser à l’orthogénie aussi. Tous ces centres d’intérêts supplémentaire ont fait que j’ai pu commencer à écrire des articles plus censé, moins centrés sur moi et donc recevoir la visite de gens qui trouvent des choses à lire chez moi.

Après je m’en fous de savoir combien de personnes me lisent, si mon audience est importante, si je touche toutes les tranches d’âge … mais s’il y a une personne qui me lit et qui trouve que je ne raconte pas trop de connerie, alors mon article en a valu la peine.

Et toi, pourquoi t’écrit ?

Publicités

§ 3 réponses à Avoir un blog, partie 2.

  • ambre dit :

    en fait… je ne me suis jamais posée la question. pourquoi j’écris? je te promet, un jour j’y réfléchirais sérieusement. en attendant, je crois qu’on a eu le même genre de parcours. sauf que moi, c’était les devoirs de maths ;)…

  • ambresf dit :

    c’est sûr, pas du tout. pas de journal intime pour moi, c’est pas mon truc!
    promis, si un jour je me pose cette question, et que la réponse a un quelconque intérêt, je la publierai…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Avoir un blog, partie 2. à Journal, deuxième partie..

Méta

%d blogueurs aiment cette page :