Métaphysique Tubulaire Appliquée.

dimanche 13 juin 2010 § Poster un commentaire

Titre copyrighté.

J’aurais bien aimé titrer La Métaphysique des Tubes Appliquée mais une certaine Amélie N. de Bruxelles aurait pu m’attaquer pour plagiat. J’acte.

Je ne sais pas si vous avez lu le livre en question. Si c’est le cas il y a des gens qui pourrait trouver honteux que vous vous en vantiez (il parait qu’elle n’est plus à la mode). Si ce n’est pas le cas vous pouvez toujours feindre pour cacher votre manque de culture.

Moi l’idée de l’autobiographie entre 9 et 18 mois m’avait semblé excellente à l’époque.

Robet Debré.

J’ai commencé Robert Debré par le staff de la maternité. Un peu le cœur des conflits, l’état major en deuxième ligne où l’on entend les bip sonner comme autant d’obus qui éclatent au loin.

Robert Debré c’est du bon gros niveau 3 qui tâche : de la grossesse pathologique, des prématurés. Beaucoup d’accouchement finissent avec une extraction instrumentale et une révision utérine … euh c’est quoi cette histoire ?  Je m’abstiendrai de commentaires parce que je n’ai pas travaillé dans le secteur d’obstétrique, j’ai juste vu les sage-femmes de suite de couche. Si je vais en salle de naissance je vous en reparlerai !

En passant un peu de temps là bas je me suis rendu compte d’où viens la réputation du service de suite de couche : d’immenses couloirs, 22 patientes par sage-femmes (qui font à la fois les examens pédiatriques de sortie et les examens des accouchées … sans parler de la gestion de la population du 19e et 20e arrondissement) et des chambres très espacées.

Une vieille guerre.

Niveau 3 oblige, Robert Debré possède un service de néonatologie assez conséquent. Je suis donc arrivé, encore une fois comme un cheveux sur la soupe (9h, après le staff, dans une journée très mouvementée.

Je suis donc encadré par les puéricultrices de l’unité intégrée à la Maternité qui squatte l’étage de la néonatologie médicale et de la réanimation néonatale. On m’avait parlé de la relation particulière qu’entretiennent les puéricultrices et les sage-femmes mais je ne m’y attendais pas. Oh, trois fois rien, un conflit de compétence banal.

« Vous les sage-femmes vous avez un problème avec l’hygiène » Oui, il m’arrive deux trois fois par garde d’oublier de me laver les mains en sortant d’une chambre ouverte …

« Mais de toute façon la pédiatrie ça n’est pas votre truc … » C’est d’ailleurs pour ça que les sage-femmes font des examens pédiatriques … non vraiment.

« Je ne t’en veux pas, tu n’es qu’un sage-femme, je ne peux pas t’en demander autant qu’à une élève puer … » No comment.

« Moins 2 … non je plaisante » En même temps, nous, on est pas noté sur nos stages.

On peut donc voir que j’apprécie énormément certaines piques reçues qui tentent de démontrer la vague supériorité des puéricultrices sur les sage-femmes. En ce moment je me retiens et donc je déprime un peu (ce qui a vaguement saoulé @prejudiciable quand je l’ai vu Vendredi (chaperonné par ma sœur)). Logique implacable. Mais je sens que je digresse beaucoup trop pour l’instant. Retournons à notre sujet d’origine.

De la nature des tubes.

Un de mes amis qui joue zerg à Starcraft m’a dit un jour : c’est marrant les péons de base, c’est des larves.

Ben un tube, c’est une larve. Une larve humaine. Attention ! Comme nous disent les pédiatres qui nous font des cours, ces tubes possèdent de nombreuses compétences ! Par exemple la succion-déglutition ou la vision à 35 cm ! Elles sont même capables de faire la différence entre nous et leurs parents. C’est vraiment extraordinaire.

Un tube ça reste le plus souvent dans son berceau avec plein de fils branchés dessus. Deux pour la fréquence cardiaque, un pour la fréquence respiratoire et un pour la saturation. Il dort pendant 3h et se réveille pendant 1h sur un cycle qui dure grosso modo 4h. A ce moment où il se réveille, le tube fait une chose improbable : il mange. Le reste du temps il produit. Urines et selles plus ou moins gaz.

On peut constater l’excitation que me procure ma tâche quotidienne.

Manipulation de tube : un mode d’emploi.

Un tube reste quelque chose de très fragile. Avant de faire quoi que cela soit il faut prendre d’infinies précautions !

D’abord il convient d’observer le tube. Sa couleur, ses constantes vitales. Parce qu’autour d’un tube, c’est un cœur qui bat, un cerveau qui s’oxygène, deux poumons qui s’emplissent et se vident. On note avec application les moindres détails. C’est qu’avant on a eu tout plein de transmissions très importante (« La mère est troisième geste primipare avec une IVG et une Fausse Couche Spontanée » hum … et ça a un rapport avec la situation de l’enfant ? Non !).

Là on met le tablier bleu de cérémonie (après s’être lavé les mains, toujours).

Ensuite on prend une température au tube (parce qu’un tube qui chauffe trop, ben il fond …). Après ça on fait des guilis au tube, il ouvre les yeux, on le débranche, on le prend délicatement dans les bras (après avoir tuer un bon millier de fois les bactéries présentes sur nos mains). Là on ouvre la couche pour admirer le résultat de la production du tube ces quatre dernières heures (option Tchernobyl incluse pour les enfants sous Fumafer), on fait une toilette au tube. Et une fois que le cérémonial a été respecté à la lettre, on remplit le tube avec du lait.

Et une fois que le tube a éliminé les bulles d’airs en trop dans son conduit, on peut le recoucher. Et pendant les trois heures et demi restantes ce beau tube pourra produire ce que l’on découvrira au cycle suivant.

Ah, les miracles de la nature.

Pour l’instant ces tubes vont bien. On se demanderai parfois ce qu’ils font là. Moi j’ai beaucoup rigolé quand des tubes « de petit poids » se sont retrouvés chez nous. A St Vincent de Paul ils sont en chambre avec leur mère … mais peut-être est-ce parce que les gens sont débordés en suite de couche.

Les 3 jours qui viennent vont être un véritable bonheur ! Ah, enfin du repos, loin des sirènes de scope. Mais promis, Jeudi je vous reparlerai de tubes.


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Métaphysique Tubulaire Appliquée. à Journal, deuxième partie..

Méta

%d blogueurs aiment cette page :