L’Alpha et l’Oméga.

jeudi 24 juin 2010 § Poster un commentaire

J’aime me lancer dans les références bibliques.

Il se trouve que celle-ci est fortement appropriée.

Aujourd’hui il s’agit de mort, de naissance, de passage et de miroir. Parce que nous avons la certitude d’être né un jour et de mourir un jour et que, mine de rien, ben je prends un coup de vieux parfois alors que je n’ai que vingt deux printemps. Je n’ose même pas imaginer ce que ça donnera quand je serai à quatre-vingt huit ans, proche de la retraite.

L’Oméga : une garde calme.

Je n’étais pas avec ma puéricultrice habituelle, ce qui explique pourquoi tout s’est déroulé un peu cela à put. J’ai couru derrière pour essayer de rattraper des cruches avant qu’elles ne heurtent le sol, mais je crois qu’une ou deux m’ont échappé. Il me reste juste demain d’ailleurs pour la néonatologie, c’est presque la fin.

Et donc, lorsque l’on met une puéricultrice avec une auxiliaire de puériculture, les deux plus proches de la retraite que du diplôme, il se trouve qu’elles papotent beaucoup.

Aujourd’hui il s’agissait de la mort.

La mort, je l’ai vu pour la première fois en Cardiologie. Plus précisément l’aile d’hospitalisation de la cardiologie de Cochin où les patients transitent entre quelques examens médicaux et leurs mouroir, trainant avec eux leurs diabètes, prothèse de hanche, sénilité sous haldol et autres soucis de santé plus ou moins bactéries multirésistantes.

Ce stage a été mon premier contact avec la déchéance et la mort et m’a marqué.

Et donc je me retrouve assis avec ces deux femmes qui parlent de décès, de vieillesse, de maladie. Ambiance.

L’Alpha : une garde calme.

Ma garde a été dédié à l’élevage des quelques tubes qui restent chez nous. Et puis surtout à rassurer les mères sur leur allaitement. Bizarrement, dès qu’on donne confiance à une mère, l’allaitement se passe bien.

Nous avons dans le service des triplés depuis presque un mois maintenant. Ces triplés ne sortiront pas (alors qu’elles pourraient) pour des raisons sociales.

Jacques Gélis (dont j’ai commencé à dévorer le livre) explique que ce qui pousse les femmes à faire des enfants, c’est l’envie de se perpétuer, de laisser une lignée.

La question que je me pose, c’est quand même de savoir pourquoi l’on fait des enfants et pourquoi on les gardes, surtout quand avec une grossesse triple on se retrouvera dans 18 m² à 14.

Cette question n’est pas simple. Je doute même de trouver un jour une réponse cohérente.

Mais c’est le commencement.

Miroir.

Le calme complet de ma garde fut troublé par un événement inattendu. J’ai eu le temps de manger, de boire un café, de travailler, de lire, de parler … quand, au détour d’un couloir, une secrétaire médicale du service nous a introduit deux observatrices. Une fille en seconde et une fille en P1 qui venaient voir ce qu’on faisait.

Cela me semble si étrange. Me retrouver face à un autre moi-même, une fille pleine d’idée reçue qui ne s’imagine pas ce qu’est vraiment son rêve et qui me demande ce que sont les études de sage-femmes, les études de médecine, les études de puériculture. Beaucoup de question, beaucoup de points communs (surtout des profs).

Pour cette P1 à Bichat, les résultats sont Lundi. Je me souviens du jour de mes résultats, mais surtout de deux bières et d’un pote qui me prêtait son épaule pour pleurer. La suite me montra que j’avais en réalité tort.

Je me suis regardé dans le miroir, à trois ans d’intervalle, et j’ai vu que j’avais vieilli.

Jour après jour, je m’approche de l’Oméga.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement L’Alpha et l’Oméga. à Journal, deuxième partie..

Méta

%d blogueurs aiment cette page :