Geeks

mercredi 24 novembre 2010 § 5 Commentaires

Yet another long boring stupid useless topic

J’ai déjà écrit sur ce sujet à la con. Je vous absous donc d’avance si vous ne lisez pas ce qui va suivre. Après tout ce ne sont que les réflexions d’un geek sur le monde, la vie, le reste, la réponse et la mode. Elles sont issues de mon précédent article sur le sujet et de diverses remarques que j’ai eu à ce sujet.

J’ai décidé d’écrire cet article suite à celui de La Peste sur Owni, parce que je ne suis pas d’accord avec la deuxième moitié de l’article. Je crois être un geek,  je crois connaître beaucoup de geek ; surtout je pense que beaucoup de geek qui ne le sont pas du fait de cette curieuse mode qui sévit ces derniers temps n’ont jamais choisis de faire une école d’informatique pour apprendre à pisser du code et ne s’amusent pas à télécharger des versions bêta de dérivés de Feydora dans le seul but de bidouiller le kernel.

Ainsi, chère @LaPeste, si nous ne sommes pas des geeks mainstream ni des geeks underground, que sommes nous ? Certainement pas des geeks à références. Je vais tenter d’apporter des réponses à cette question. Quant à savoir si ces geeks réels ont un potentiel érotique, je laisserai des pistes (parce que non, je ne parle toujours pas de cul sur ce blog).

I hate mainstream people … they’re so … mainstream

Pour ceux qui ne savent pas ce qu’est un geek mainstream, je vais expliciter. Vous pouvez aussi aller voir la définition donnée dans l’article de @LaPeste qui est à peu près valable.

Le geek mainstream est un phénomène de mode de masse lié à l’apparition des réseaux sociaux. Il balance des références qui datent d’il y a 8 ans mais qui, grâce à Facebook et Twitter, sont devenus plus ou moins cultes. Il trouve qu’acheter un PC avec des barettes de ram à niveau d’utilisation qu’il peut voir dans sa tour par une grille et un écran plat, c’est so geek ! A part ça il vit normalement, a un blog high-tech, un smartphone avec plein d’applications, a parfois même appris comment utiliser un gestionnaire de torrent et lance de temps en temps un référence au hasard sous laquelle une vingtaine de geek mainstream cliqueront sur j’aime. D’ailleurs pour lui internet est une invention géniale apparue en 1998 (même s’il n’y a jamais vraiment touché avant le haut débit) et il ne sait pas vraiment quelle différence il y a entre internet et le web.

Il utilise parfois IRC, parce que c’est devenu à la mode avec Bash.org et que, comme ça ressemble à VieDeMerde, c’est marrant. Parfois il s’aventurera à coder un site en PHP, ou prendre un nom de domaine pour y mettre un blog.

Au niveau culturel pur, il a découvert Le Seigneur des Anneaux le jour où le premier film est sorti, connais un peu Star Wars (et a trouvé que les six épisodes étaient cool), quelques auteurs de science fiction. Du côté lecture, son étagère doit être aussi garnie qu’un rayon d’une Fnac de province : y a des trucs indispensables mais rien qui n’ait été publié après 1992.

Il a une vie sociale relativement importante, mais n’a jamais eu de problème de ce côté là.

Il ne sait pas vraiment ce qu’est un geek, mais c’est tellement cool qu’il surkiffe quand ses autres potes qui y comprennent vraiment rien le traite de geek.

Underground what ?

L’autre extrême n’est pas un extrême. @LaPeste appelle ça un geek underground mais ce n’est pas le terme correct. Reprenons donc sa définition.

Il s’agit d’un geek (là, je suis plutôt d’accord), qui bosse dans l’informatique et qui, quand il a envie de se changer les idées, code. Heures de vie sociale : le strict minimum. En fait s’il ne fallait pas aller au boulot pour pouvoir se payer des ramens et des pizzas il ne prendrait pas la peine de se laver pour quitter son bureau et son ordinateur. Tout d’un coup on est loin du fantasme personnifié non ?

En fait ce gars là a un nom. Nerd. Un geek asocial passionné d’informatique.

 

So what ?

Alors, à ce moment là, les geeks que je connais et moi-même, que sommes nous au juste ?

La question est vaste, mais il y a des signes qui ne trompent pas. Déjà, si on remonte aux sources de la définition, un geek est un passionné. Vous me direz que vous aussi vous êtes un(e) passionné(e) et que vous n’êtes pas un geek, et vous aurez raison. Parce qu’il y a une chose à comprendre chez le geek, c’est que cette passion est dévorante, si dévorante que les gens autour de lui le regarde avec l’air de dire « il a un grain ce mec quand même » ce qu’en anglais on traduira par « geek ».

Parce que geek ça n’est pas et ça n’a jamais été un compliment. Mon premier « bizarre », je l’ai entendu au collège, parce que je lisais des trucs que les gens de mon âge ne lisaient pas. Le genre fresque épique de samouraï de 600 pages sans autre illustration que la couverture. Je lisais des bouquins de physique pour m’amuser, je m’instruisais en biologie alors que la plupart des autres mecs de ma classe parlaient foot, films à la mode, sexe et jeux vidéos. J’étais un peu brutalisé, je les regardais comme des crétins sous-culturés et à part 4 personnes dans l’établissement, les gens ne venaient me voir que lorsqu’ils ne pigeaient pas les cours de maths, de svt ou de physique.

Pour en avoir un peu parler avec d’autres geeks, je sais qu’ils ont eu à peu près les mêmes expériences. Donc si vous n’avais jamais vécu ça, vous pouvez déjà retirer l’étiquette de geek que vous vous êtes collés dessus. Vous êtes juste quelqu’un de normal avec un goût prononcé pour le High-Tech, l’informatique, l’humour douteux et la culture geek.

La deuxième chose qui va caractériser le geek est la conceptualisation. Un geek est un over-thinker, le genre de personne qui réfléchit trop. Pas forcement très bien, par contre. Pourquoi est-ce que Star Wars ou Matrix ont-ils eu une influence si importante sur les geeks ? A cause des non dits, des obscurités. Une spectateur lambda va regarder le film, va rire, vibrer, trouver ça bien. Un geek va conceptualiser et écrire des fan fictions sur un pilote rebelle qui s’écrase sur Kashyk et tombe amoureux d’une Wooky, il va extrapoler ce qu’on lui montre, chercher les faiblesses de l’univers et s’offrir un trip. Dans l’autre sens il va utiliser des connaissances théoriques très poussées pour trouver une solution simple. Trouver une façon simple de couper un gâteau en 13 parts égales ou la quantité d’eau à mettre dans la réserve de son hamster pour optimiser sa croissance (alors que vous, ben vous couperez un gâteau en 16 et vous mettrez de l’eau à la limite).

De ce fait les geeks ont développé une culture commune qui a émergé avec les premiers cercles de jeux de rôle, les fanzines puis internet. Parce qu’entre gens qui ne se sentent pas à l’aise dans la société, on s’entend pas mal, on putasse sur ceux qui nous regardent de haut et on complote pour conquérir le monde. Mais attention, les geeks n’aiment pas beaucoup les réseaux sociaux, surtout ceux qui posent trop de questions personnelles et/ou qui censurent ce qu’on y met. Ils préfèrent s’étaler sur les forums (devenus tellement faciles à créer), les jeux en lignes, IRC, usenet, …. et j’en passe. Parce que la parole y est libre et parce que la société (ou l’univers), qui veut absolument connaître tous ses secrets, n’y a jamais accès (sauf en cherchant vraiment … mais ceux qui cherchent vraiment son des geeks). D’ailleurs ce genre de forum est rarement référencé par google pour éviter que n’importe qui puisse tomber dessus en tapant « modélisme ».

 

Je pense donc que se dire un peu geek n’est pas correct. On le devient dans la souffrance à cause de l’environnement.

Publicités

§ 5 réponses à Geeks

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Geeks à Journal, deuxième partie..

Méta

%d blogueurs aiment cette page :