Lettre ouverte à un gynécologue-accoucheur

mercredi 29 décembre 2010 § 43 Commentaires

Par une froide journée de Décembre

Réveillé après un rêve des plus étranges, rassasié de crevettes et de tarte chaude, je m’apprêtais à passer une journée de vacance comme les autres. J’ai mis Twitter (parce que twitter est un endroit merveilleux) et c’est là, au milieu d’un fatras de tweets, que j’ai vu ça :

@poulepondeuse La poule pondeuse

« @10lunes @Gromitflash vont particulièrement apprécier cette page je pense http://bit.ly/gZL9Am (gentils auxiliaires que vous êtes…) »

Le chocolat à la liqueur en 140 caractères. Ah vous noterez au passage que @10lunes est sur twitter et que c’est vachement bien de l’avoir avec nous ! Allez la suivre, allez ! Si, si, j’insiste.

Si vous avez le cœur bien accroché vous aurez cliqué sur le lien nauséabond qui conduit au site d’un gynécologue « accoucheur ». @10lunes en parlait poétiquement il y a peu et je la cite :

« Chapeau bas messieurs les obstétriciens !
Vous avez défendu avec succès votre territoire pour continuer à expédier en quelques minutes de banales consultations, insérer index et majeur gantés de plastique dans les vagins et rassurer vos patientes par un « je serai là Madame », omettant de préciser que ce « là » désigne  les cinq dernières minutes de leur accouchement. »

 

La défense d’une profession d’auxilaire

On va commencer doucement. La mise à mort est pour le paragraphe suivant, là nous allons nous concentrer sur l’objet du délit.

Ainsi donc mes études servent à devenir un « précieux auxiliaire » à un médecin. Une petite main, un faux professionnel qui ne serait là que pour faire le travail du médecin pendant que celui-ci est occupé à sa partie de golf ou à son déjeuner avec un laboratoire pharmaceutique. J’aimerai quand même que l’on m’explique pourquoi une insanité aussi condescendante peut sortir de la bouche d’un « confrère ».

Evidement il rappelle que nous faisons la moitié des accouchements en France, ce qui me semble un peu faible par rapport à la réalité. J’aime beaucoup savoir que je pallie avec bonheur le manque de médecin accoucheur en France. C’est vrai qu’entre des professionnelles qui sont formés spécifiquement à l’accouchement physiologique et des gynéco-obs qui sont plus à l’aise avec un scalpel et qui sont perdu dès lors qu’il s’agit de prendre la place d’une sage-femme parce que la salle de naissance est débordée, je me demande qui pallie qui.

Ensuite reprenons la formation. Sa description me laisse songeur, tant les informations datent. Certes la formation de sage-femme se faisait en 3 ans sans compter la spécialisation : entre 1973 et 1982. Je signale quand même de que depuis 2000 nous passons par le même concours que les médecins et que notre formation totale dure 5 ans, faisant appelle à des connaissances scientifiques poussées en matière de biologie, de physiologie et de médecine (et notamment en néonatologie d’urgence) et que les sages-femmes sont normalement habilitée à faire de la recherche.

En ce qui concerne la prescription il faudra qu’il revoie sa copie, vu que nous sommes en capacité de prescrire « tout examen nécessaire à la surveillance de la grossesse, de l’accouchement et du post-partum ». Et donc oui, je dois savoir quoi prescrire si ma patiente fait une crise de paludisme ou a une infection tuberculeuse. Glamour le frottis goutte épaisse ? Et puis nous pouvons faire des amnioscopies (même si plus personne n’en fait, on apprend) et des monitorings (ce qu’un médecin est souvent incapable de faire d’ailleurs) mais en plus nous pouvons faire des échographies obstétricales, des échographies du col dans les menaces d’accouchement prématurés, des PH au scalp en cas de suspicion d’hypoxie-anoxie fœtale pendant le travail.

Pratique n’est-ce pas ?

En ce qui concerne l’extension des compétences … Tiens, il note qu’il y a une extension des compétences. Cela signifierait que son tralala sur les sages-femmes date de moins de deux ans ? Passons.

Je pense qu’il y a là un problème important de reconnaissance des compétences des sages-femmes. Si ce monsieur, qui exerce sans doute dans une clinique parisienne, nous exprime sa joie de travailler avec des petites mains zélées, il ferait bien de se souvenir que sans sage-femme il n’est pas capable de gérer une salle de naissance et qu’il n’a pas l’expérience nécessaire à la surveillance et à la direction d’un travail physiologique ou pathologique.

Nous ne sommes pas des auxiliaires, nous sommes des confrères médicaux. Quand tu écris ton courrier hypocrite de médecins que tu as appris pendant ton externat tu nous fais un beau « Chère consoeur, j’ai vu ce jour en consultation Mme X que vous nous avez adressé pour … Bien confraternellement, Dr Truc-Chose » parce que c’est comme cela que l’on fait, et nous c’est pareil. Si tu me tends une bague pour que je la baise, je te la fous au fond de l’estomac et ton poing avec. Capiche ?

Hors de moi la haine

Cependant, hors de ce paragraphe plein de belles choses sur une profession si précieuse qu’il souille avec son paternalisme affiché, nous allons pouvoir regarder le reste du site avec beaucoup d’entrain. Vous vous souvenez de la mise à mort ? Et bien c’est ici !

D’abord un beau paragraphe sur l’épisiotomie.

J’aimerai commencer par citer cette page extraordinaire. Ah la belle opinion basée sur absolument tout sauf la réalité !

Parce qu’une étude récente sur la question (qui est une méta-analyse, c’est-à-dire l’étude de plusieurs études réalisées) montre que les indications d’épisiotomie décrite par ce médecin sont obsolètes. Le fait d’en faire une ou non n’a strictement aucune incidence sur l’incontinence urinaire, les dyspareunies, les déchirures de grade 3
et 4 (les plus graves). Au contraire le fait de ne pas faire d’épisiotomie en systématique (parce que « ça va craquer, je crois ») permet d’obtenir moins de déchirure et surtout moins de sutures qui sont la source des douleurs du post-partum.

Les indications actuelles de l’épisiotomie, en accord avec les connaissances de la littérature reste l’urgence (parce que l’enfant a du mal à supporter la fin et qu’on sait que si on coupe il sera là beaucoup plus rapidement) et parce qu’il faut faire des manœuvres (instrumentales ou non).

Sinon, en libéral, l’épisiotomie peut être un attrait pour les médecins : c’est un acte, sa suture également. Deux actes pour un coup de ciseaux, madame vous pouvez sortir le carnet de chèque.

Que dire sinon sur sont absence totale de bibliographie, sur son ton condescendant et généralisé ?

On va dire qu’à part se passer du cirage, il a plus ou moins de bonnes idées en termes de contraception.

Cependant une chose me chagrine énormément sur ce site.

Où est sa bibliographie ?

Ben quoi ? Quand je lis ses articles j’ai l’impression qu’on me prend pour un con. Entre les « J’ai décodé pour vous les mots compliqués hein » qui me semble d’un paternalisme affligeant (j’estime que mon lectorat est capable de comprendre ce que j’écris, ou au moins de faire une recherche sur google ou encore de me demander des explications). Alors quand je parle d’un sujet et que j’affirme quelque chose il me semble normal de vous caser le lien vers l’étude dont je parle.

Lui, non. Normal quoi. Il affirme des choses sans prendre le temps de les soutenir. Ca ressemble bigrement aux débats sur les maisons de naissance qui se sont tenus au Sénat tiens. (Ok, ça, c’est un troll). Quand même quoi. Je sais que c’est chiant d’aller chercher ses références mais c’est un minimum de sérieux, ça permet même parfois de se dire qu’on a tort sur un sujet.

Ah zut, j’avais pas regardé la page d’accueil.

« La source des informations mises à disposition est quasi exclusivement assurée par le Dr Truc-chose »

Au temps pour moi. Il est juste sa propre source de référence. Suis-je bête. Il est Docteur après tout.

Publicités

§ 43 réponses à Lettre ouverte à un gynécologue-accoucheur

  • 10lunes dit :

    Bon ben quand t’es fâché ça se voit hein ! Merci pour ce billet tonique.
    Merci aussi pour la pub..
    Pas merci de me rappeler que j’ai un (long, troop long) billet qui traine sur l’analyse des débats MDN au Sénat car oui, les argumentaires étaient plus que caricatureaux.

    Et pardon de te contredire mais l’épisio, ça rapporte rien… ca se code JMPA006, oh que oui… mais ça se paye pas « tarif : 0 € »
    et dire que y a encore des arbres abattus pour de telles paperasses…

    • Gromitflash dit :

      Au temps pour moi … en même temps je ne code pas encore mes actes !

      Et pour la publicité, c’est absolument normal ! Tu la mérites !

    • zinou dit :

      Il est intéressant ton billet ,, vous vous plaignez du comportement condescendant des gynécos avec vous ,ça me fait bien rire ,je suis infirmière et j’ai travaillé en maternité 5 ans ,les sages femmes étaient de vraies garces se comportant avec nous comme si nous étions de la m…!
      Bref , j’ai plutôt leu l’impression qu’elles avaient raté médecine pour se comporter ainsi,et je peux te dire que quand elles se faisaient engueuler par un » chef » cela me faisait bien rire….elles la ramenaient moins!!!

      • Gromitflash dit :

        Quelques exemples ne sont jamais représentatifs.

      • Rozenn dit :

        désolée que vous ayez un si mauvais retour. J’ai travaillé deux ans en clinique et je m’entendais très bien avec les infirmières… Hélas certaines (des deux bords!) ont encore à l’esprit cette guerilla stupide infirmière/sage-femme. J’en ai eu à pâtir lors de mes études où quelques infirmières me faisaient « payer » le fait d’être future sage-femme, je n’ai pas gardé rancune à la profession entière pour autant, ni ne me suis réjouie de l’infortune d’une collègue. Chacune a ses compétences et apporte sa pierre à l’édifice. Il convient de respecter tout le monde. Nous, nous faisions bloc « contre » les gynécos justement, c’est peut être ça qui nous soudait. Car ces messieurs ne sont guère plus tendres avec votre corps de métier hélas.
        Cordialement
        Rozenn

  • somebody dit :

    bravo, tu as réussi à synthétiser en un post, pourquoi nous, pôvres auxiliaires médicaux que nous sommes, vous detestont autant, vous, les sages-poufs…

    l’humilité n’est de toute évidence pas enseignée…

    • Gromitflash dit :

      Et qu’est-ce qui provoque cette détestation ? Notre refus de courber l’échine ?

      Que chacun respecte les compétences de l’autre et nous en reparlerons à tête reposée. Quoique, vu l’amour que tu sembles avoir pour la profession de sage-femme, cela promet d’être difficile.

    • Pitoune dit :

      Ah non mais là, c’est un peu l’hôpital qui se fout de la charité… Voilà un commentaire plein de sagesse et de modestie ! Merci somebody, tu nous fais bien rire.. Bisous

  • jp dit :

    a quand une vision de la naissance dans la simplicité et l’Amour…

    Pas simple ou trop simple

    bonnes fêtes

    • Gromitflash dit :

      Hélas, il est assez difficile de conserver une vision simple de la naissance. Beaucoup trop d’enjeux politiques tournent depuis trop longtemps autour de la natalité.

      Bonnes fêtes !

      • jp dit :

        Politique de controle et de faire naitre de « bons petits soldats ».

        Donner le pouvoir à la femme, car finalement en terme de naissance elle ne la pas eu beaucoup dans l’histoire.
        En partant de la religion, au nouvelle religion en blouse blanche…

        C’est d’ailleurs pour cela que je fai venir Michel Odent dans ma région. Pour transmettre une autre vision…

        Bonne fêtes

  • 10lunes dit :

    Le commentaire de somebody se voulait choquant; il l’est…Une invective et une faute de conjugaison…la grammaire n’est pas nécessaire en médecine.

    Une adresse mail pour tenter un échange plus constructif ??? (perdu d’avance non ?)
    J’aimerais – vraiment- comprendre ce qu’il reproche aux sages-« ##### » !

    • Gromitflash dit :

      Sans doute un énième externe que l’on a traumatisé en parlant de vagin en salle de garde. Ils ont vraiment pas l’estomac solide …

    • PiM dit :

      Somebody doit surement être un infirmier (dont le statut au CSP est « Auxiliaire Médical »).

      Il devrait mieux comprendre les statuts de chacun,
      > IDE = 3 années d’études = licence = Paramédical
      > SF = 5 années = Master = Profession médicale à compétence limitée

      NB : je suis infirmier (sans rancœur) et marié à une SF
      NB2 : Y’a un crit SF cette année ???

      • Gromitflash dit :

        Hum, je ne connaissais pas cette appellation d' »auxiliaire médical » mais ça explique beaucoup de choses …

        Il s’agit de deux professions tellement différentes … Après je sais que j’ai vu des ESI en prendre plein la tête et qu’il persiste parfois une espèce de rancune tenace …

        (PS : Pour le CRIT SF, rien cet hiver, on fait un CRIT d’été cette année !)

  • MissP dit :

    Bravo pour cet article! Durant ma grossesse, puis tout au long de mon accouchement, les personnes qui m’ont le mieux encadrée étaient justement les sage-femmes.
    Le gynéco n’était là que pour enfoncer ses doigts de barbare au fond de mon vagin et m’appuyer sur le ventre en disant « ah mais vous avez des contractions là, faut vous monter en salle d’accouchement » mais aussi « c’est votre 1er? yen a au moins pour 10h, ça fait que commencer, bon courage » D’ailleurs après ses douces paroles il n’est pas revenu et c’est la sage-femme qui m’a accouchée. Le gynéco n’est arrivé qu’après la bataille et s’est permis de lui dire sur un ton plein de reproches et de condescendance « ha mais c’est déjà fini? mais fallait m’appeler!! » (et bien entendu, sur la facture de la clinique, les frais d’accouchement étaient pour sa gueule!)
    Moi je suis contente d’avoir mis toute ma confiance en ces femmes (je l’aurai fait aussi si j’étais tombée sur des sage-hommes hein :p) du début à la fin. Un an après, je suis toujours aussi convaincue que c’est le plus beau métier du monde! Donc bonne continuation et MERCI :)

    • Gromitflash dit :

      Merci à toi, surtout, pour ce commentaire qui m’a vraiment réchauffé le coeur. Parfois comme ça, il y en a qui me font un grand plaisir.

      Le premier cours sur l’accouchement que j’ai eu se résume à ceci : un accouchement c’est une voiture de sport avec un parpaing sur l’accélérateur. On ne peut pas l’arrêter, on peut juste être là quand il le faut.
      Après qu’il s’en prenne à la sage-femme … il avait dû passé une mauvaise journée et tu as juste assisté à l’expression de sa mauvaise humeur.

  • merci pour cet article très pertinent!
    Le pire dans l’histoire c’est qu’il a modifié son article sur les sage-poufs en 2010…
    Le livre vert me laisse songeuse… J’avais pas ça en P1… Pour l’épisiotomie peut être que ça rapporte rien mais la suture?
    Ce « papa-docteur » après recherche à l’air de polluer le net un truc de dingue… Bon heureusement je vais pouvoir entrer en contact avec lui…

    • Gromitflash dit :

      Ben moi aussi ça me laisse songeur … surtout la préparation d’un concours avec le programme du concours de la DRASS, genre 1996-1997 quoi.

      Ou une préparation pour la Belgique ?

      En tout cas ça me semble assez risible.

  • Zizanie dit :

    J’aurais bien envie de commenter, pour une fois. Mais vraiment, il ne vaut mieux pas.
    De toute façon, la simple évocation d’un mec qui se fait appeler docteur pour un diplôme que des tas de gens détiennent, ça me hérisse les poils. Mais c’est pas le propos.
    Alors on va être raisonnable et on va se taire, hein. En plus, ça donnerait un truc incompréhensible. En fait, « scrogneugneu » résume bien ma pensée.
    Ça en fait des mots pour un article que je m’étais promis de ne pas commenter. Allez, il va falloir y aller maintenant, Zizanie ! C’est bon, c’est bon, j’suis déjà plus là.

  • manu dit :

    Ça me rappelle la naissance de ma fille en 94. Si je me souviens bien, suite à un moment de flottement, ma compagne a demandé ce qui se passait et pourquoi la sage-femme ralentissait le travail. elle nous a fait ce petit geste de frottement pouce-index si sympathique, elle attendait le toubib, pour qu’il puisse toucher la thune. L’arrivée de celui-ci fut assez comique (avec le recul), je le revois se trémousser comme un dératé pour ce mettre en tenue à toute vitesse.

  • Knackie dit :

    Merci gromit’ je lui ai envoyé un mail pour l’aider dans le chemin vers la Vérité. :-)

  • Knackie dit :

    Mais… la correspondance, c’est privée ! Mais bon parce que c’est drôle voici le mail hautement inspiré par ton article ;)
    J’ai également demandé au Conseil de l’Ordre des médecins si ce style de site qui fait très « viendez acheter mes livres et voir ma secrétaire » est autorisé. A mon avis ça passe tout juste.

    Bonjour,

    Je vous écris suite à des erreurs présentes dans certains articles « informatifs » de votre site http://www.docteurdavidelia.fr/. Etant sage-femme, naturellement votre article intitulé « qui sont les sages-femmes » m’a fait bondir. Il est illustré par un bouquin d’annales d’un concours d’entrée aux écoles, ce concours qui n’existe plus depuis presque dix ans (!!) le recrutement se faisant via concours PCEM1 puis PAES. Nos 5 ans d’études se transforment en 3, on nous écrit comme « auxiliaires du médecin » alors que notre profession est MEDICALE et INDEPENDANTE (cf notre Code de Déontolongie), « confrères » aurait été un adjectif plus approprié.

    Concernant nos droits de prescrptions, c’est simple, tous les examens de labo nécessaires au suivi des grosseses nous sont autorisés et non « certains ». Concernant les contraceptifs nous pouvons tous les prescrire, également poser stérilets ou implants, ce que vous nous « refusez » dans votre article. Alors, il est peut-être vieux, peut-être l’avez-vous écrit il y a une quinzaine d’années, d’ailleurs la date de MAJ n’apparait pas, contrairement à ce que vous annoncez sur la page d’accueil… Lorsqu’on tient un site d' »information » médicale il est primordial de mettre à jour !!! (d’ailleurs cela fait partie de la Charte Hon Code que vous affichez fièrement).

    Je ne parlerais même pas des articles « médicaux » que vous écrivez et qui ne se basent sur pas grand chose si ce n’est votre seule et unique expérience… il y a mieux comme preuves scientifiques que l’empirisme. Aucune bibliographie, aucun liens scientifiques solides… Mais bon, c’est « grand public » hein… publicitaire je dirais, et déontologiquement moyen.

    Bref, j’espère donc que vous reverrez donc une partie de votre site, par honnêteté intellectuelle et puis aussi, je l’avoue, parce que c’est agaçant de voir en consultation nombre de femmes abusées par des informations douteuses qu’elles ont lues sur internet.

  • MCSF dit :

    Et pourquoi pas une petite copie au Conseil de l’Ordre des Sages-Femmes, Knackie ?

  • Ayant allumé le feu il faut bien que je réagisse ! Pour ma part j’ai déjà vu rouge en lisant l’intitulé « Côté mamans : maladies et petits bobos ». Si on parle à des femmes adultes comme à des enfants de 5 ans… Il y a aussi un passage gratiné sur la « libre position d’accouchement » où il consent à ce que la parturiente, toujours sur la table et sur le dos, ne mette pas les jambes dans les gouttières : quelle largesse ! (sait-il qu’il y a des femmes qui accouchent debout, accroupies, à 4 pattes… ? et des sages-femmes qui savent les accompagner ?)
    Bravo à Knackie pour son mail et son signalement au conseil de l’Ordre, je suis épatée de voir l’effet boule de neige de mon tweet !
    Et je ne peux qu’abonder avec MissP, je suis une convaincue limite fanatique de l’accompagnement global ! Par contre ce n’est pas la sage-femme (ou le gynéco) qui accouche, c’est la femme.

    • MissP dit :

      oups, mille excuses, je voulais bien entendu dire « qui m’a aidée à accoucher »!

      et +1000 pour ton avis à propos des discours tenus sur le site de ce gyneco… ça fait peur, surtout que pour beaucoup de femmes dont c’est la 1ère grossesse, on se dit « c’est un médecin, c’est sa spécialité, il sait ce qu’il dit, je lui fais entièrement confiance, je le suis, tant pis si j’aurais aimé faire autrement » et c’est bien dommage.

  • L’hopital des metallurgistes, dans le 11ème, travaillait avec aussi ce respect des sage-femmes. J’ai trois enfants (je suis le père), mais le meilleur accouchement est celui fait là.

    A côté, les autres, c’était pitoyable. Pour être tout à fait honnete, la troisième fois, à cause d’uen sage-femme mal lunée et qui se croyait médecin.

    Bien à vous

    • Gromitflash dit :

      Après c’est toujours professionnel dépendant … je sais que je suis passé à l’Hôpital des métallurgistes (aussi appelés Les Bluets) en garde et que j’ai beaucoup aimé l’ambiance mais ….

      Parfois il y a des sage-femmes qui prennent leurs patientes de haut. Ce n’est pas toujours l’apanage des médecins.

      Quand il y a une blouse blanche, quelle qu’elle soit, il y a du pouvoir. Et quand il y a du pouvoir …

  • […] un étudiant sage-femme répondant à l’étrange pseudonyme de Gromitflash a vivement réagi sur son blog (notre échange de tweets incluait aussi 10 lunes qui a vu aussi rouge que son avatar). Par […]

  • Perrine dit :

    Bel article qui a le mérite de défendre le métier de sage-femme que peu connaissent mais merci de ne pas mettre tous les médecins dans le même sac…

    • Gromitflash dit :

      Comme je l’ai précisé dans l’article suivant, il y a beaucoup de médecins que je respecte. Mais il y en a, je sais pas pourquoi (ça doit être viscéral), j’arrive pas à les encadrer. Ça vaut aussi pour certaines sages-femmes d’ailleurs. Tu sais, le genre qui infantilise les femmes et les rabaisse …

  • toutigirl dit :

    Ravie de découvrir des gens passionnés par ce beau métier : Ssage-femme. Sage-femme moi-même (depuis peu) je me rends compte de la difficulté de faire reconnaitre nos compétences.
    J’ai fait ma formation en suisse, et j’y ai vraiment découvert l’accompagnement de la naissance.
    Je pense franchement que la France (et bien d’autres pays) ont des progrès à faire quand à la naissance d’un enfant.
    La normalité de l’accouchement nécessite d’être défendu, et qui de mieux que, nous pauvre sages-femmes, formés à maintenir et préserver cette normalité/physiologie ?
    Et de plus en plus de sages-femmes écrivent sur ce sujet. Je te conseil de jeter un coup d’oeil à Lesley Page « Le nouvel art de la sage-femme », Sue Downe : Normal birth.
    Ce sont des ouvrages qui valent la peine qu’on y jette un oeil, écrit par des sages-femmes et basés sur des études scientifiques et publiés par Elsevier. Bref de quoi leur donner un peu de poids.

    Je pourrais débattre de la normalité de l’accouchement et du fait qu’on doit la défendre durant des heures, ce travail étant en partie mon travail de fin d’étude…

    Tout ça pour dire qu’il nous reste beaucoup de travail en tant que sage-femme…

  • toutigirl dit :

    Cela me fait aussi penser que tout les médecins ne sont pas des abrutis et toutes les sages-femmes des femmes ou hommes extraordinaires.

    3ième année, stage en salle d’acc. J’avais à mes cotés la chef de clinique et la sage-femme. Accouchement d’une secondipare.
    La doc me dit de faire attention aux varices sur la vulve si je devais faire une épisiotomie…
    la sage-femme rétorque qu’elle s’en occupe si besoin est.
    Aussitôt dit aussitôt fait. Elle prend le ciseau et s’installe. Moi pauvre petite étudiante voyant la souplesse du tissu je lance un regard désespéré à la doc qui me demande discrètement si c’est nécessaire. Un bref signe de la tête et là voilà entrain de dire à la sage-femme de poser son ciseau. Ce que la SF refusa. La Doc ordonna.
    Heureusement pour cette femme, la contraction était passée, la SF retira donc son instrument de torture. Seconde contraction, encouragement pour la poussé de la doc, et le petit bout était dehors. Résultat périnée intact !!!!
    J’ai jamais autant aimé avoir cette doctoresse auprès de moi….

  • Bibi dit :

    Je découvre tardivement ce blog et particulièrement ce billet.

    Bien que n’étant pas professionnelle de la naissance (quoique… j’ai mis au monde trois enfants !), je trouve infiniment regrettable que sous de falacieux prétextes de prétendues compétences/formations supérieures, certain(e)s se croient en mesure d’estimer la valeur professionnelle de leurs confrères/consoeurs.

    J’ai pour ma part eu de bons contacts avec les SF qui ont jalonné mon parcours de femme, et ce quelque soit la situation (fausse couche ou grossesse). C’est vrai que toute rencontre humaine comprend une part d’aléatoire liée aux capacités d’empathie du professionnel, mais malgré tout, ce sont toujours des femmes compétentes que j’ai eu la chance de rencontrer.

    Mon troisième fils est né à la maison. Tout au long de ma grossesse et de la naissance, j’ai été accompagnée par une « femme sage ». C’était une aventure mais il ne m’est jamais venu à l’idée de douter de ses compétences. Car elles n’étaient pas seulement techniques mais aussi et surtout humaines.

    Alors, MERCI à toutes ces sage-femmes qui sont là pour nous accompagner dans notre quotidien de femme. Et non, vous ne me ferez pas dire merci aux médecins, croisés eux aussi sur la même route, qui bien que sans aucun doute compétents (tout du moins techniquement), ont du perdre leur humanité pendant leurs trop longues années d’études… Ce ne peut être que cela, non ? Sinon, comment pardonner à ce médecin qui me fit un curetage sans anesthésie… :-(

    • Gromitflash dit :

      Ouch, ça, c’est pas un souvenir agréable.
      Il faut quand même tempérer les choses parfois, j’ai croisé des médecins qui sont des crèmes et qui savent pertinemment qu’ils n’ont rien à faire dans une grossesse normale ou dans un accouchement normal. Parfois qui ont suivi une grossesse à risque et que j’ai vu à l’accouchement juste à côté de la patiente avec une main sur le ventre à coacher la femme avec la sage-femme, juste comme ça, sans forcement chercher à « mettre les doigts » ou à faire l’accouchement eux-même.

      Au delà de cela nous sommes une profession qui a pour but majeur un accompagnement des femmes dans leur vie de femme avec ses doutes, ses douleurs, ses joies, ses appréhensions. Dur apprentissage en réalité.

      Les médecins sont parfois humains. Je connais des sages-femmes qui ont sacrifié leur humanité sur l’autel de la technique. L’un des soucis que peuvent avoir les gynéco-obs, c’est qu’ils n’ont pas toujours vraiment choisi d’être là, parce que personne ne leur a vraiment expliqué, parce que c’était un choix à l’ECN comme les autres, sans doute un peu plus valorisé entre proctologue et infectiologue. Ce sont des chirurgiens.
      Et toute leur mentalité est là.
      Mais ça n’empêche pas qu’il y ait des chirurgiens humains après tout.

  • Sinon, en libéral, l’épisiotomie peut être un attrait pour les médecins : c’est un acte, sa suture également. Deux actes pour un coup de ciseaux, madame vous pouvez sortir le carnet de chèque.

    Oh comme c’est vrai!!! Il ne faut jamais l’oublier : chaque acte du médecin fait sonner le tire-caisse!
    Donc moins il intervient, moins il est rémunéré… donc un accouchement physiologique où la femme est active et non passive … pas intéressant!
    Ici au Luxembourg, les sage-femmes sont obligées par la loi d’appeler le gynéco juste avant l’expulsion pour qu’ils touchent leur dû – :-///
    Pour mon dernier accouchement, j’étais seule avec la sf et bb est arrivé bien avant le dr. Il m’a quand même facturé la bagatelle de 1200 euros.
    J’ai donc envoyé un courrier disant que je ne comprenais pas car selon la nomenclature en vigueur je lui devais une consultation de nuit + 1 majoration week end. Je n’ai jamais eu de réponse de sa part et n’ai donc jamais rien payé!
    Je suppose qu’il ne voulait pas créer un précédent juridique avec la caisse de maladie et ne pas tuer leur business rentable de facturer un soi-disant « forfait accouchement » qui n’existe que dans la pratique mais pas dans les textes de la caisse de maladie….
    Moi aussi, j’aimerai être payé 1200 euros pour un truc que je n’ai pas fait. Pas mal comme salaire!
    Et la sf…ben elle ne touche rien bien sûr puisqu’elle est déjà payé par la maternité! Alors qu’elle a fait un boulot super en me laissant libre d’accoucher debout et de faire ce que je voulais, comme je le sentais!
    Drôle de monde?!!

    • Gromitflash dit :

      Drole de monde en effet. Je ne savais pas comment se passait les choses au Luxembourg mais je trouve quand même que 1200 € pour un accouchement normal c’est plutôt raide. Je n’ose même pas demander combien cela coûte une Césarienne.

      En France on ne voit ça qu’en clinique, et encore, j’ai entendu parlé de clinique où les gynéco-obs accepte que les sages-femmes soient payées à l’acte avec la cotation en vigueur pour l’accouchement … leurs 300€ pour 11h de taff.
      Mais tu sembles garder un bon souvenir de ton accouchement !

      • Je pense qu’un accouchement en France coûte environ le même prix. La différence, c’est qu’ici – si tu prends la chambre individuelle, appelée 1ère classe – tu dois avancer tous les frais et ensuite une partie t’est remboursé par la caisse de maladie sur base du tarif normal. La majoration (qui peut aller jusqu’à 60% du tarif sécu) est à ta charge. Les mutuelles ne sont pas trop développées car le patient ne paie que 10 à 15% des frais (sauf pour l’accouchement en classe 1).
        Je ne sais pas si je suis claire.. ;-)
        Oui, j’en garde un excellent souvenir car je suis arrivée en salle d’accouchement à 01h45 et mon fils est né à 01h54… donc je n’ai pas fait de vieux os ;-)))
        La sf était vraiment super – elle n’a rien fait! Et c’est exactement ce que je voulais :))) donc oui j’accouche comme cela encore 10 fois s’il le faut :)
        Ici le système de la maternité ressemble aux cliniques françaises. D’un autre côté, tant que le gynéco n’est pas là, les sf sont très favorables aux alternatives (baignoire, ballon, massages….) et à la physiologie. Mais dès que le médecin arrive la cash-machine se met en route et si tu n’es pas préparée à dire non, tu peux vite te retrouvée avec une césa sans savoir pourquoi :(((

  • Joyeli dit :

    Bonsoir…
    en fait, rien ou pas grand chose, juste merci pour ce beau, très beau billet…!
    J’aime cette très belle humeur! Bravo!

  • Ciboulette dit :

    Bonsoir, le temps a passé depuis la publication de votre article mais voilà ce que ce cher docteur a rajouté à la fin de son laïus sur l’épisio:

    « A la limite, mieux vaut une épisiotomie inutile qu’un risque de déchirure.
    NB:J’ai reçu des critiques sur cette réponse qui a été jugée partisane.
    Aussi par souci de respect de la charte HON je vous engage aussi a lire ici les recommandations faites aux gynécologues obstétriciens français par le CNGOF: CLIQUEZ ICI »

    Hi hi c’est déjà ça, mais j’avoue que la lecture de son site me hérisse les poils!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Lettre ouverte à un gynécologue-accoucheur à Journal, deuxième partie..

Méta

%d blogueurs aiment cette page :