Vœux souvenirs

lundi 3 janvier 2011 § 2 Commentaires

Je crains qu’il ne s’agisse de cela. Oui, je la pressens parfaitement.

La malédiction millénaire qui empêche les étudiants sages-femmes de dormir la veille de leurs partiels et qui les pousse à écrire un blog.

Ou alors c’est la malédiction des abysses qui pousse le blogueur à ne pas dormir du tout. Hum, je vais faire comme si j’écrivais un article intelligent pendant que mon anime se télécharge.

 

Vœux pochés

C’est le billet cliché par excellence, mais en même temps si vous vous retrouvez ici c’est que vous le vouliez n’est-ce pas ? C’est-à-dire que tout le monde l’a déjà fait hier ou avant-hier … alors moi je le fais maintenant parce que comme ça je fais mon original. Youhou, on repassera pour l’originalité.

Cette année je vous souhaite à tous :

  • Plein de trucs cools, plein de trucs un peu moins cools (pour que les trucs cools soient encore plus cools), mais rien de pas cool du tout parce que, ça, c’est trop moche.
  • Si vous buvez et que vous faites la fête comme moi : plein de fête, plein de rencontre, plein de cuite et pas trop de gueule de bois le lendemain.
  • Si vous ne buvez pas et que vous ne faites pas la fête et bien … plein de rencontre quand même et des soirées sympa. On n’est pas obligé de se bourrer la gueule à chaque fois non plus.
  • Si vous êtes un/une collègue étudiant(e) en santé, une année pleine de stages où on n’en bave pas trop, plein de réussite aux examens et plein d’espoir parce que chaque journée nous rend plus fort.
  • Si vous êtes une future collègue, je vous souhaite une bonne année avec des gardes pas trop chargées (mais agitées un peu quand même, sinon on s’ennuie). De beaux accouchements, pas trop de trucs qui craigne et surtout peu d’urgence en MA.
  • Si vous êtes une maman jeune ou moins jeune qui arrive ici en tapant « sage-femme blog » sur un moteur de recherche, beaucoup de courage et beaucoup d’espoir.
  • Si vous êtes une femme enceinte arrivée ici pour les même raison, beaucoup de courage aussi. Et une belle fin de grossesse.
  • Si vous êtes un conjoint et bien … bonne chance, ça va être dur mais vous pouvez le faire.
  • Si vous êtes un blogueur influent, beaucoup de trolls (c’est ce qui donne de l’animation dans le fil de commentaire, non ?)
  • Si vous êtes un blogueur débutant, beaucoup de commentaires et de pageviews. Ah et n’oubliez pas de balancer vos blogs en dessous que je vois à quoi ça ressemble.
  • Si vous êtes un informaticien free-lance habitant Rennes avec une conjointe du même milieu, jouant à Aion, aux jeux de rôle, je vous souhaite six bon mois de codage et une bêta fermée en Juin.
  • Si vous êtes un étudiant infirmier de la Pitié et que votre prénom commence par un J, je vous promets que vous allez en prendre beaucoup cette année et que ça me fera bien rire.
  • Si vous êtes un étudiant ingénieur à Polytech Paris, accro aux achâts de jeux à bas prix sur Steam, je vous souhaite une bonne année au Mad Maker et plein de réussite.
  • Si vous êtes sympa, jeune, souriante et célibataire euh … ah merde on avait dit article intelligent.
  • Si vous êtes une féministe, j’espère qu’on fera encore des progrès cette année, parce que la période n’est pas folichonne, hein ?
  • Si vous avez réussi à finir cette liste de vœux chaotique et que vous ne rentrez dans aucune des cases susmentionnées, je vous souhaite une excellente année tout de même !

 

Voilà, ça au moins, c’est expédié.

 

Vieux souvenirs

Je ne sais pas pourquoi j’y repensais.

Non en fait c’est faux, je sais très bien pourquoi j’y repensais : le chauffeur de taxi qui nous a emmené chez ma tante aujourd’hui pour déjeuner écoutais TSF. Voilà. Et ça m’a rappelé quelqu’un d’autre qui écoutait TSF.

Je n’en ai pas parlé à l’époque sur mon blog. En fait en regardant en arrière cela me semble étrange car j’ai presque pris l’habitude de faire le récit ici des gardes que j’ai beaucoup appréciée ou qui m’ont beaucoup appris.

C’était donc il y a un peu plus d’un an. J’étais dans un hôpital parisien, par une garde de nuit relativement calme. Le monde semblait arrêté au dehors. Elle est arrivée avec son compagnon vers 22h30, alors qu’on était à table. Deux sages-femmes en garde avec moi, dont une avec qui j’avais des problèmes relativement importants (sans doute liés au fait qu’elle soutenait qu’un homme ne pouvait pas être sage-femme devant les patientes en travail et qu’elle les infantilisait ; trois fois rien donc). Je suis allé les voir avec mon inexpérience et ma candeur, penché sur mon dossier audipog comme sur une antisèche. Les questions sont venues avec difficultés mais le couple était charmant. Elle s’interrompait de temps en temps à cause d’une contraction et elle soufflait. Lui il était un peu perdu au milieu des urgences maternités aussi tard.

On s’est posé peu de question avec la sage-femme (celle qui n’avait pas de problème avec moi), on l’a menée tranquillement vers la salle de naissance. On avait le temps, elle était à quatre centimètres (je crois) et la douleur était encore supportable.

Elle s’est posée tranquillement sur le lit, lui, il lui a mis un oreiller derrière la tête et a posé une petite radio sur la lampe. Ils ont mis du jazz pour attendre leur bébé, la musique douce et complexe se heurtant aux battements du cœur qui montaient du monitoring. On a suivi le travail sur la nuit, on a posé une péridurale assez rapidement. Lui il s’est assoupis un peu.

Elle attendait en tailleur, tranquillement et de temps en temps je passais pour papoter un petit peu avec elle ou je passais juste la tête pour regarder le rythme et son sourire me faisait comprendre que tout allait bien.

 

Vers 4h du matin on s’est installé pour l’accouchement. En douceur et en jazz le bébé est venu au monde.

 

Et c’est là que.

C’est là qu’inexpérimenté, on voit la sage-femme couper le cordon rapidement et s’envoler avec le bébé, on voit la mère et le père qui vous interroge du regard. En face dans la crèche c’est le chaos et la deuxième sage-femme qui crie un bel « On intube » avec la porte encore entre-ouverte. Et bien on se sent douché en fait.

Un sourire, des explications. En fait ce n’était pas grand-chose, d’après le pédiatre qui a signé après, sans doute un petit trouble de résorption initial. Mais un peu de panique pour tout le monde. Pour le coup, plus de jazz, mais, heureusement, pas de larme. Juste un calin plein de tendresse pour un petit garçon qui a regagné les bras de sa mère, tout rose.

 

Le taxi est arrivé et le jazz s’est interrompu en même temps que mon souvenir.

Il faudrait que je dorme, j’ai partiel demain, moi.

Publicités

§ 2 réponses à Vœux souvenirs

  • Bonne Année !
    Mon blog n’est pas très vieux alors je me permets de laisser l’url (ce n’est pas mon premier, mais bon !)
    Par contre c’est mon premier bébé qui m’a réveillée là, sûrement pour fêter ses 9mois (à 1h près, fortiche !)
    Je te souhaite plein de réussite dans tes examens et de beaux stages, mais d’abord faut que tu dormes !
    Allez au lit, hop hop hop !

    Violette ou Purplenessa on Twitter

  • Céline dit :

    Et bien bonne et heureuse année à toi avec plein de soirées sympas et pas trop de gueules de bois, des accouchements sympas, des gardes pas trop agitées. Bref je reprends ce que tu as l’air de souhaiter ;)

    (naze et convenu pour un premier comm’ sur ton blog)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Vœux souvenirs à Journal, deuxième partie..

Méta

%d blogueurs aiment cette page :