Huis-Clos

dimanche 23 janvier 2011 § Poster un commentaire

Ah quelle plaisanterie ! Pas besoin de grill : …

Paris, ma ville, mon paradis. Quoique.

C’est bizarre cette manie qu’on les grandes villes de vous parquer dans des endroits étroits avec des dizaines d’inconnus plus ou moins malodorants. Le McDo de Luxembourg, la salle d’attente des urgences gynéco, le RER ou le Starbucks d’Odéon. Ou un appartement au neuvième étage le long des voies de la gare Montparnasse.

 

La nuit des morts-vivants : un remake

J’avoue, j’ai craqué. J’ai joué la carte de la facilité.

Au départ c’est la faute de Stan. Vous savez mon Stan, le gars qui me suit dans la plupart de mes explorations en territoire hostile (vous savez, de l’autre côté du périphérique) et que je suis dans beaucoup de ses explorations en territoires hostiles (les bars bizarres, les endroits étranges et les salons infréquentables). Stan n’était pas là ce samedi et ça tombait vraiment mal parce qu’on avait jeu de rôle.

 

Le problème de ce genre de jeu, c’est que s’il manque un joueur principal (disons : intuable) il faut donc l’écarter du scénario. Dur.

Le corolaire c’est qu’il va falloir aussi éviter que les joueurs bougent trop. C’est là qu’est l’idée.

 

7 personnes, deux enfants, un chalet. Plein de possibilités. Il s’agit donc d’enfermer tout le monde, de mettre une belle pression à l’extérieure (genre … une tempête) et un meurtre inexpliqué. Et ensuite on laisse la sauce monter toute seule en ajoutant de temps en temps un peu de sel, un peu de poivre et en guettant les erreurs des joueurs.

Ma petite fille les hantera encore longtemps !

 

La vie secrète des jeunes

Retour après le jeu de rôle, on traverse Paris à 1h du matin en métro. Premier changement à Montparnasse et on prend la ligne 6.

Dans le wagon, montés en même temps que nous, des jeunes. Moi aussi je suis jeune hein, mais bon, euh c’était du 22 ans type « Je viens de me bourrer la gueule et j’en fais profiter tout le monde en hurlant de la merde dans le metro. » Normalement quand t’as trop bu t’es censé conserver un minimum de dignité et au moins te mettre dans le métro avec un air de « Le premier qui me dérange se reçoit une réponse cinglante … ou un grognement ». Nan, eux ils étaient 8 et ils étaient heureux !

 

Pendant que nous discutions (genre expériances de jeu de rôle, de masterisation, de comparaisons de système … des sujets sérieux), eux faisaient plus ou moins de même.

 

Et, entre St Jacque et Glacière, l’un de leur pote qui, je pense, avait un peu plus de mal à supporter la soirée murge qu’ils venaient de se faire a le réflexe humain de faire sortir ce qui lui posait problème. Le contenu de son estomac. Fin, délicat. Et là son pote lui balance une belle claque dans le dos « Hey truc ! Ben alors ! Pourquoi tu parles pas ? »

Pas de réponse.

« Hey les mecs ! C’est trop drôle, regardez, ya truc qui viens de vomir ! »

« Facebook ! Facebook ! » fut leur seule réponse quand ils firent un cercle autour avec leurs IPhone. Parce que quand t’as un super pote que tu adores, tu aimes beaucoup l’afficher devant tous ses amis sur un réseau social. Et devant ses parents, ses profs, ses collègues, sa petite copine à qui il avait sans doute dis qu’il « allait juste boire une bière ou deux avec ses potes ».

Alors que je descendais à Place d’It et que mes camarades de jeu changeaient de wagons pour ne pas avoir à supporter les effluves de vin blanc cheap, les jeunes ont juste trouvé malin de retenir le métro en station pendant 10 minutes pour que leur pote descende parce que « Putain mec, là ça craint, on se casse ! Allez quoi fait pas chier ! »

 

Pas besoin de grill : l’enfer c’est les autres.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Huis-Clos à Journal, deuxième partie..

Méta

%d blogueurs aiment cette page :