Meta

lundi 4 avril 2011 § 10 Commentaires

Ce billet sera décousu et hurlera comme une soupape de décompression.

D’abord, lecteur, lectrice, troisième genre, je m’excuse de t’avoir laissé sur le bas côté. Ca fait trois bonne semaine, quasiment un mois, que tu dois buter sur une page d’accueil qui te semble aussi fixe que le site de netscape en 1996 avec son design simpliste (quoique réussi) et son absence totale d’évolution. Plus tu passes, plus tu vois que la date du dernier billet le fait ressembler à ces bouquets pimpant qu’on a laissé dans un vase en partant un matin et qu’on aperçoit par la fenêtre.

Ainsi il est temps de jeter ce bouquet défraichit et de garnir ce vase de fleurs fraiches. C’est le printemps qui fait ça.

 

Méta-météo

Il faut dire que ça ne va pas vraiment. Mon oral et ma clinique ratée m’on un peu plombé la face. J’ai eu un épisode quasi dépressif à ne pas faire grand-chose, à ne pas bouger mes fesses, à simplement rester devant mon ordinateur en repassant mes cours, ma PAO, mes regrets. C’est peut-être ce mois-ci que je suis le moins sorti. J’ai raté le rock deux fois, j’ai oublié des choses. Juste parce que de ma journée je ne pouvais que me lever, me coller sous une douche brulante et m’affaler dans mon fauteuil avec mon ordinateur.

La loque humaine par excellence. La pluie tombait sur les vitres de mon âme non pas comme un orage thromboembolique mais plus comme le tap-tap lancinant d’une artère fémorale de nouveau-né qui file paresseusement sous le doigt. Vous admirerez au passage les putains de méta-phore filées que je vous sors. C’est pas tous les jours que j’aurai un niveau d’expression écrite aussi bas.

 

Méta-stage

Il faut dire que j’ai été en stage avec assiduité. Comme dirait l’autre «J’ai été massé des seins toute la journée alors tu peux les ranger maintenant. » Plus sérieusement je me suis retrouvé en suite de couche dans une maternité sympathique qui n’est autre que mon école.

La suite de couche, la nuit, c’est à peu près l’un des trucs qui s’approche de mes cauchemars les plus affreux. Les couloirs immenses, les unités Bridgeman (merci à ma directrice de mémoire pour ce détail nominatif) et les mères en chemise de nuit qui errent, serrant en creux d’épaule leur bébés hypotrophes … brr.

Heureusement donc, j’étais de jour. Avec le staff à 8h cash en présence de Monsieur le Professeur et attention pas de retard, les entrantes, les services, l’air mal réveillé … l’intérêt de l’école c’est qu’on est beaucoup d’étudiants sages-femmes et donc qu’on croise les copines qui sortent de garde de nuit, parfois plus fiables pour les transmissions que le chef de clinique qui lit le dossier physiologique avec une voix monocorde.

 

Méta-description

D’abord les prélèvements. On pique un gosse au talon et on le presse comme un petit citron pour en faire couler ce sang rouge et précieux. L’étudiante puéricultrice s’amuse, on rigole bêtement parce qu’on a du sang de bébé sur les mains. Un air de psychopathe pour dérider la mère qui a les mains sur les yeux depuis qu’on a enfilé la petite aiguille sur la petite main plus ou moins potelée. On dédramatise ce qu’on peut, on essaye de donner des conseils d’allaitement qui seront détruit 25 minutes plus tard par une infirmière ou une auxiliaire zélée « qui sait ». Même si ce qu’elle dit est issus de sa formation initiale, il y a 15 ans.

Ensuite la visite, ces moments plus ou moins forts où l’on peut se poser pour discuter avec les patientes. Où sans surprise la sage-femme écarte les cuisses de la patiente devant deux étudiants pour voir la cicatrice d’épisiotomie. La pudeur ? Mais voyons, après un accouchement où tout le monde vous a regardé le périnée pendant 45 minutes, vous y croyez encore ? On essaye tant bien que mal de camoufler un examen rapide avec un drap, surtout dans les chambres doubles. Et on parle d’allaitement, de seins attrapés sans douceurs, pressé pour en faire sortir le jus blanc nourrissant et plein de promesse (méta-phore filée agricole donc) et le coller dans une petite bouche inexpérimentée.

Sonne déjà midi, pour un repas sans âme dans une pièce sans fenêtre. Ce n’est pas forcement le grand luxe mais on est plusieurs à se tenir chaud et à papoter. Ca entretient un peu le moral et ça tient chaud.

Et c’est là que les choses se corsent. Vu la visite des 16 patientes expédiée en une matinée (à 2 ça va vraiment vite), on se dit qu’on va pouvoir presque partir tôt. Ah la grossière erreur de débutant. C’est là que ça commence vraiment. Parce que mon école, niveau 3 parmi les niveaux 3, recèle une patientèle des plus hétéroclites. Quand l’infirmière de la salle appelle pour monter une patiente, elle vous vend un accouchement physio, un périnée intact, un beau bébé qui va bien. C’est bête que la patiente ait un rein unique avec un suivi néphrologique et …

Bref. Trouvez une patiente normale et vous reviendrez me voir. Les accouchées sont des défis remportés par l’équipe qui a « réussi la voie basse » alors qu’au départ ce n’était pas gagné, et les petites primipares finissent en forceps ou en césarienne. La grande joie dans les familles. Donc l’après-midi c’est bilan, appel des différents médecins. Un genre de stage de grossesse pathologique avec des nouveau-nés. Parce que c’est à 16h30 qu’on voit le prélèvement bactériologique qui pousse à un truc qui sent encore moins bon que sa couche (qui sent déjà le lait caillé et le méconium).

 

Méta-déception

J’avoue que j’ai feinté les dernières semaines. Une des choses qui m’a démoralisé c’est le tsunami au Japon. Pour des raisons totalement égoïstes, faut pas déconner. Vous voyez, je ne connais personne personnellement au Japon. Je n’ai pas d’amis, d’intérêt. En fait à la limite quand on m’annonce un bilan de quarante-mille morts dans une région de 6 millions d’habitants, ça fait mal mais … bon vous avez vu l’ampleur du truc ? Ya même pas d’épidémie de choléra ou de dysenterie, ya des hôpitaux modernes et des mouvements de soutient hypocrites.

Non, le principal problème, c’est que mes animes ont eu du retard. Magicka Puella Madoka a été retardé d’une semaine. Les team de fansub tournent au ralenti. C’est juste intolérable. Totalement anormal.

Faut arrêter un peu quoi ! Yen a encore pour facilement 5 ou 6 ans de Bleach et je veux connaître la fin, alors si un putain de tsunami tue Tite Kubo, je fais quoi ? Hein ?

 

Heureusement je suis tombé dans Community.

Community avec ses personnages si …

Community qui ose faire un épisode d’Halloween spécial zombi et un épisode de Pâque qui mélange 28 jours plus tard, Water World, Ultimate Soldier et j’en passe.

Community où il y a Abed. Abed qui est un personnage méta.

 

Heureusement pendant ce temps il y a eu de la danse (j’ai appris des bases de Lindi Hop et de Blues !) et des délires.

Preuve qu’on peut peut-être survivre sans animes.

 

Non.

 

Je ne veux pas dire mais vivement Mercredi après-midi. Quand j’aurais mes quasi-vacances et que je pourrai allé voir elly10 soutenir son mémoire. Parce que je serai là ! Nîark nîark ! Et ensuite on l’applaudira chaudement parce que c’est tout ce qu’elle méritera !

Publicités

§ 10 réponses à Meta

  • Knackie dit :

    Nous pas de staff ni de visite de médecins en sdc… si on a besoin de quelque chose faut demander des avis mais tlm s’en fout car ce sont des sdc :/

    • Gromitflash dit :

      Ah nous on a juste l’interne qui passe en coup de vent « T’as besoin d’un truc ? » … Histoire qu’il jette un oeil au Placenta Percreta qui saigne ou à celle qui nous fais sa pré-éclampsie à rebours.
      Le problème des suites de couches pathologique je pense.

  • sfelly10 dit :

    La visite c’est surtout quand la SF pousse son chariot de 3 tonnnes dans le couloir!
    En tout cas, ca m’a bien donné envie d’y retourner après la vacances le pays des lochies…miam!

  • Une inconnue que tu connais dit :

    Cher Gromitflash,
    pour la première fois, je dépose un commentaire sur ton blog.
    Je voulais te donner un peu de courage pour affronter la fin qui n’est plus très loin. Crois-moi, les meilleures sages-femmes ne sont pas toujours celles qui récoltaient les meilleures notes aux clinques ni celles qui finissaient dans les premières de la promo…
    Tout ce que tu dis avec ton air acerbe et ton humour grinçant est juste et montre ta capacité d’analyse fine. Garde cet esprit critique et ne deviens pas comme la plupart des sages-femmes « industrielles ». Sûrement que la voie professionnelle où tu trouveras ton épanouissement se situera dans la physiologie, voire l’accompagnement global d’ici quelques années. C’est d’ailleurs le maître mot du métier de sage-femme, la physiologie, non?
    Courage, et un petit conseil : dès qu’un rayon de soleil perçe dans le ciel, expose-toi à ses pouvoirs magiques et euphorisants.
    Signé : une sage-femme qui n’est autre que la grande soeur d’un de tes amis du lycée… Trouvé? ;-)

  • Méta-culotte !
    C’est ça le truc, fallait faire un jeu de mot avec « méta » ?
    Mais ça vient d’où ce « méta », j’ai loupé un truc ? De ton manga ?
    Sinon comme le dit la personne en commentaire que visiblement tu connais, ne deviens pas industriel, ça serait l’une des pires choses. C’est un métier humain, bordel !
    Si tu postes, c’est que ça va mieux. Tant mieux.
    PS : sinon moi je marche au flux rss donc je venais pas voir ta page non-réactualisée, mais c’est vrai je me disais « tiens, il poste pas ces temps-ci ».

    • Gromitflash dit :

      Le Meta … erf, c’est compliqué à expliqué tant que tu n’as pas vraiment pratiqué le Meta. C’est du jargon scientifique pour désigner une chose qui s’englobe lui même. Un méta film est un film qui parle d’un réalisateur qui tente de réaliser un film. Une méta-donnée c’est par exemple expliquer que ta lettre est une donnée de type char dans un langage de programmation. Mais en même temps ça signifie que tu es allé au niveau au dessus. La métaphysique c’est l’étude de ce qui dépasse le monde, qui cherche le comprendre.

      L’intérêt d’abuser du Meta est donc d’arriver à des méta indescriptibles. Un métajeu, un métaroleplay, une métaculotte (hu ?) ou encore une méta-ice-cream.

  • ambre dit :

    tient, un revenant! courage, l’année est presque finie…;)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Meta à Journal, deuxième partie..

Méta

%d blogueurs aiment cette page :