Battre le pavé, et le rebattre encore

vendredi 13 mai 2011 § 3 Commentaires

Comme le disait un barbu assez cool, que celui ou celle qui n’a jamais été à une manif de sage-femme… se morfonde, parce que c’est vraiment sympa. Et oui, ce barbu là viens d’Amiens (mais il s’est rasé depuis). Ce qui va suivre est donc un récit de manifestation, parce que cette manifestation était une super journée.

Par contre vous ne couperez pas au point revendication/conséquence qui conclura cet article, je l’espère, joyeux, avec une note parfaitement morose. Je ne veux pas être blasé avant même d’avoir fini mes études par rapport à mes futures conditions d’exercice mais… Un jour on y viendra sans le vouloir.

 

Reporter, noyé dans la masse

J’ai donc débarqué, comme de juste, à 10h30, à l’école. Bon, ok, j’avais genre 2h30 de retard par rapport à la préparation prévue pour la manif mais j’étais là pour faire des photos avant tout. Reporter pour un magazine d’étudiant, et surtout parce que je sais que sur mes 326 photos il y en a au moins 6 ou 8 qui finiront dans mon portfolio. Et donc j’ai profité de la manif pour faire des séries de sprint entre l’avant et l’arrière de la manifestation pour couvrir tout le sujet.

J’aime toujours les manifestations de sages-femmes. J’y recroise beaucoup de monde : des filles rencontrées au CRIT qui me font signe dans le cortège, des anciennes étudiantes devenues pros (et des pros avec qui j’ai déjà bossé) et puis des amis sincères que je côtoie depuis très longtemps déjà. Ah et puis les filles de mon école qui se prêtent avec élégance à des mini-shooting en passant. Et à voir les photos (sans vraiment faire de tri) je sais que j’ai quelques beaux clichés qu’il faudra que je tire (et peut-être que j’offre).

Et puis il faut dire que j’aime le contraste entre les différents morceaux du cortège. L’avant est toujours très calme avec quelques slogans, un peu de musique diffusé par le camion qui ouvre la marche. L’arrière est plus dispersée, parce qu’à force de s’arrêter pour parler, acheter un truc ou admirer le paysage (quand même quoi, c’est Paris) on prend du retard. Et au milieu l’ONSSF et sa fanfare (qui était déjà là au pique-nique sage-femme d’ailleurs) et plein de sages-femmes qui dansent.

Et pour Knackie, il y a même des photos de CRS qui nous regardent passer et se retiennent de draguer les sages-femmes qui se font prendre en photos devant eux. Je me demande ce que ça fait d’être une tour Eiffel humaine comme ça, avec plein de monde qui veut poser devant vous.

 

Et donc on arrive au sitting

On est arrivés plus ou moins en rang devant le ministère de la Santé pour aller voir le cabinet du ministre. C’est comme ça, à ce qu’on dit : on va voir le cabinet pour négocier.

Donc en gros, on était là, nous les étudiants, pour deux grosses raisons :

  • On veut notre arrêté licence qui n’est pas paru au Journal Officiel et qui permettra aux PAES actuels d’aller en L2 maïeutiques, profitant ainsi de la ligne droite offerte jusqu’au tant voulu DE de sage-femme donnant grade de Master en Maïeutique.
  • On veut plus des écoles hospitalières, parce que c’est vraiment pas top comme système de dépendre systématiquement d’un directeur technique obstétricien pour notre formation. Que la formation des sages-femmes soit effectuée par les sages-femmes autant que possible. Cette auto-formation, c’est ce qui définit une profession.
  • Et donc que nos formatrices obtiennent un statut hospitalo-universitaire (ce qui serait vraiment bien, parce qu’elles pourraient retourner faire de la clinique au lieu de faire du travail du bureau, et on pourrait limite faire des gardes avec elles !)

 

Et puis les pros, eux, ils manifestaient pour plein d’autres raisons :

  • Parce que qu’on a un salaire qui ne correspond pas à notre niveau d’étude et surtout à nos responsabilités pénales en cas de problèmes. Si on fait une gaffe, on va en taule. Et puis surtout on a gagné pas mal de compétences, ils seraient temps d’augmenter les salaires en conséquences non ?
  • La réévaluation de la clé SF (qui permet de coter les actes sages-femmes en CCAM (je crois que c’est ça non ?)) qui permettrait par exemple de faire passer la consultation de sage-femme de 19 à 23€. Parce qu’on fait la même consultation que les médecins, on y passe souvent plus de temps (parce qu’on aime bien que les patientes nous parle de leur grossesse pendant les consultations prénatales, par exemple) et pourtant on touche 4€ de moins qu’eux. Vous irez me dire qu’ils ont la pathologie mais soyons honnête : il y passera alors il même temps que nous passons sur une consultation prénatale, soit une bonne demi-heure. Et ça évitera que les maternités ne codent les consultations de sages-femmes comme des consultations de médecins pour avoir plus d’argent de la CNAM.
  • Le possible changement de statut pour les sages-femmes (il y a une discussion sur le statut possible de Praticien Hospitalier que je me garderai de tenir ici, parce que je n’ai pas la place) qui amènerait pas mal de changement, et surtout une meilleure visibilité.
  • La réévaluation des tarifs d’assurance pour les sages-femmes qui veulent accompagner des couples dans des accouchements à domicile. Parce que non, ça n’est pas interdit par la loi. C’est juste le coût de l’assurance professionnelle qui est prohibitif.
  • L’amélioration des conditions de travail, parce que oui ça peut être bien d’avoir une sage-femme par femme en travail pour que le suivi soit vraiment bon. Ca et les urgences, ça fait pas mal de travail quand on fait de l’accompagnement et pas seulement de la technique aveugle.
  • Et encore d’autres choses.

La réunion a duré deux heures et demi. Interminable.

 

Une Assemblée Générale, grown up version

Après le sitting et les résultats, on a débriefé ça sur une assemblée générale. Pas grand-chose à voir avec les nôtres en fait. Pas de motions, pas d’ordre du jour, pas de procès verbal. On fait mieux pour que ça ait de la portée. Une petite erreur organisationnelle sans doute.

En gros, on n’a pas eu grand-chose.

Pour les étudiants, il s’agit surtout d’un rendez-vous le 24 mai pour parler intégration universitaire et statut des sages-femmes enseignantes. Je n’ai pas trop de quoi développer mais je sens qu’on va beaucoup parler de ça ce week-end.

Pour les pros, d’après ce que j’ai compris :

  • Ils vont parler à plein de commission dans tous les sens de périnatalité ou autre pour les augmentations (qui n’arriveront donc peut-être pas tout de suite).
  • Ils disent qu’ils « savent que l’assurance pour les accouchements à domicile est hors de prix » et donc qu’ils vont en parler.
  • Que pour les conditions de travail, idem.
  • Et pour le changement de statut, le fait qu’on ne veuille pas à tout prix un statut de praticien hospitalier « permet d’ouvrir des négociations ».

Donc nous on a eu un rendez-vous, et les sages-femmes des histoires de commission qui feront sans doute peu bouger les choses (un miracle serait le bienvenu !).

 

Et sinon on a plus ou moins décidé de faire une action commune décentralisée vers le 18 Juin, ce qui sera difficile pour les étudiants qui passent le DE, les fins de phase, les cliniques… etc et qu’on remettait ça pour la grosse teuf-manif à Paris en Octobre, histoire d’avoir plein de PP1 innocents qui viendront manifester pour des raisons qui leurs sont mal connues parce que, soyons réalistes, ce n’est pas en 2 semaines qu’on pourra leur faire appréhender des dossiers aussi complexes.

La bonne nouvelle c’est quand même qu’on va bouger un peu plus pour ne pas faire retomber le soufflet médiatique. Et peut-être qu’avec l’élection présidentielle en 2012 on arrivera à se caler dans le débat entre les candidats pour qu’on parle de nous. J’espère que la mobilisation sera au moins aussi bonne que celle d’hier.

 

Et sur ce, moi, j’ai un train pour Amiens à prendre.

Publicités

§ 3 réponses à Battre le pavé, et le rebattre encore

  • knackie dit :

    Le lettre SF détermine en fait les actes techniques sage-femme (pose de monito, PH au scalp…), en gros l’équivalent de l’AMI des infirmiers.
    Le prix d’une consultation sage-femme est déterminé par la lettre C (17 euros) et CG (Consultation Grossesse à 19 euros). Ce sont ces consultations qui sont vraiment « médicales ». Il y a un ou deux ans on avait proposé de revaloriser le C avec une augmentation dérisoire du SF, ce fut refusé par les syndicats qui voulaient en plus une augmentation conséquente du SF.

    Sinon la première fois où j’ai participé à une manif sages-femmes j’ai failli mourir. Il n’y avait pas de CRS :(

  • melainbxl dit :

    Salut !
    Bon cela n’a rien avoir avec l’article, mais je me lance dans l’aventure d’un nouveau blog. Oui, comme tu avais du remarquer, l’ancien était à l’abandon… Et donc, nouveau départ. Bon, pour l’instant, c’est le vide, mais au cas ou tu voudrais me lire à l’occasion, je te donne la nouvelle adresse : http://secretbrussels.wordpress.com/.
    Et sinon, c’est toujours un plaisir de te lire, même si je me fais plus discrète au niveau des commentaires.
    Au plaisir,
    Mel (anciennement de mel.over-blog)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Battre le pavé, et le rebattre encore à Journal, deuxième partie..

Méta

%d blogueurs aiment cette page :