Murderer

vendredi 23 septembre 2011 § 4 Commentaires

Accroché à une table avec une perf dans chaque bras, le temps doit sembler long.

 

En ce moment la mort rôde. J’ai l’impression de la voir un peu partout. J’avoue que j’ai envie de reparler de l’affaire Troy Davis.

Je sais que ça vous emmerde de continuer à en reparler parce qu’on vous en a rebattu les oreilles. Mais moi j’ai besoin d’écrire dessus.

 

La suite de l’histoire

Donc à 19h, heure locale, accroché à une table, sanglé, avec une perf dans chaque bras, le temps doit sembler long. Puis il y a du liquide qui coule, il y a le cœur qui ralentit et les poumons qui ne remplissent plus. Le curare et le chlorure de potassium ont des vertus incomparables pour arrêter la vie d’un homme. Et donc, tranquillement, il désature. Ce n’est que l’une des pires souffrances que l’on puisse infliger à un être humain. Heureusement qu’il est « endormi », au moins ses hurlements n’atteindront pas les témoins. Ca pourrait déranger.

Ainsi, à 19h, Lawrence Brewer est exécuté dans une prison du Texas. Condamné à mort pour double meurtre raciste prouvé et démontré dans les règles après quelques années d’activisme dans cette si belle organisation qu’est le Klux Klux Klan.

 

Et Troy Davis subira le même sort, 4h plus tard après avoir passé 4h sanglé sur une table pendant que des vieux cons qui font sous eux à Washington se demandaient s’ils remettaient ça à trois jours ou s’ils le tuaient maintenant. Youhou, super ambiance sur Twitter et sur le live de DemocratyNow. Parce que oui, j’ai suivi jusqu’à 5h du mat’ et j’y ai presque cru jusqu’au bout. Presque.

 

Twitter, amour et haine

J’ai suivi ça sur Twitter donc. C’est tendance quoi. C’est le média du 23e siècle avec de l’avance où tout et n’importe quoi sort. J’ai eu parfois envie de vomir, parfois j’ai discuté avec des gens intéressants.

Il y avait quelques petites tendances que j’ai plus ou moins détestées.

  • Il y a ceux qui veulent l’exclue. Twitter c’est l’instantané et le fun. Il faut que le scoop sorte parce que le scoop c’est ce qui garantie d’avoir des retweets, des followers, de l’influence quoi. Tellement mieux d’exploiter la médiatisation pour faire du buzz. Aussi, voir 150 tweets qui se battent en duel en annonçant tout et son contraire… c’est rien hein. On sera le premier à avoir raison. Quoique.
  • Il y a ceux qui font de l’humour noir. De toute façon c’est d’usage. Twitter c’est du lol, du fun, de l’éclate. Alors une blague de mauvais goût à 1h du mat’ sur l’air de « C’est bon, ils l’ont piqué ? Je peux retourner à mon épisode de Glee ? » c’est de l’ordre du normal. Surtout quand on a quelque milliers de followers, histoire de montrer que les dieux sont au dessus de ces préoccupations des mortels comme le coût de la rentrée, les tsunami et la lutte contre la peine de mort.
  • Il y a ceux, enfin, qui m’ont vraiment horripilé. Et parmi eux je citerai Amnesty International US.

Là normalement le lecteur me dit « Euh ? Quoi ?! Mais eux, c’est les gentils non ? »

Ben là, oui et non.

En fait j’ai détesté une chose cette nuit là. L’argument principal reposait sur l’innocence de Troy Davis. Je suis d’accord, la mise à mort d’un innocent est une tragédie. Et les conditions de ce meurtre organisé par l’Etat est contraire à toutes les conventions des droits de l’homme, tant il atteint la victime dans sa dignité. Rester devant des témoins dans cette position pendant 4h, avec des témoins, sans pouvoir aller uriner, sans pouvoir se mouvoir, c’est grosso-modo ce qu’on peut faire de pire. Même les gens qu’on pend, qu’on guillotine ou qu’on fait griller sur une chaise, voir qu’on gaze, n’ont pas ce problème.

Mais j’ai détesté la grande majorité des tweets anglophones que j’ai vu passer.

 

La question de la peine de mort

La plupart de ces tweets était du type « Qui est Troy Davis ? Un homme condamné sans preuve ! Arrêtez l’exécution ».

Davis, c’est un mec qui s’est battu pendant 15 ans contre la peine de mort depuis sa cellule. Et tout ce qu’on reprochera à l’Etat de Géorgie, c’est le meurtre d’un innocent.

 

J’ai un genre de malaise en fait. Toute cette agitation médiatique, tous ces tweets, c’était juste pour un homme et non pas pour la cause de cet homme.

Je n’irai pas jusqu’à dire que Troy Davis est mort en vain. Mais son pays est peuplé d’une grosse tripotée de cons.

 

Je suis heureux de vivre dans un pays où la peine de mort a été abolie. 30 ans. Je me souviendrai toujours de ces vidéos de Badinter, de son plaidoyer contre la peine de mort au procès de Patrick Henri, quand son seul argument fut qu’un pays civilisé ne devait pas laisser l’Etat séparer un homme vivant en deux pour des objectifs de dissuasion qui n’ont jamais aidé personne : ni les familles, ni les victimes, ni les futurs meurtriers et leurs futures victimes.

Il est inacceptable qu’un pays qui se dit civilisé comme les USA puissent tuer des gens en leur donnant le choix entre la pendaison et la chaise électrique (ô Montana, pays des ploucs et des glaces éternelles). Ne serait-ce que parce que si le condamné est un peu trop gras il aura droit en plus de sa pendaison à des fractures parce qu’il est trop large pour la trappe ; ou alors à un barbecue gratuit dans le rôle du méchoui sur la chaise électrique.

Il est inacceptable qu’un pays organise la mise à mort d’un être humain quelque soit le prétexte invoqué. L’Etat ne devrait pas être un meurtrier. D’ailleurs ils n’assument tellement pas qu’en règle générale ce sont les jurés qui poussent ensemble les boutons qui sont tous, sauf un, sans effet. Histoire de dire que personne n’a tué le condamné. C’est une simple hypocrisie.

Je trouve qu’on n’en a pas assez parlé. Et c’est anormal.

Publicités

§ 4 réponses à Murderer

  • 30 ans parce que le gouvernement a tranché, parce que si on avait fait un référendum, on y serait encore.
    30 ans pour le commun des mortels… parce que la peine de mort en temps de guerre, dans le cadre de l’armée, ça existait encore il y a 10 ans et ils étaient tués au peloton d’exécution.

  • Fabi dit :

    La ou je te rejoins tout à fait c’est sur l’hypocrisie ambiante. Ne pas « savoir » qui a tué, pour la tranquilité des masses. Ne pas voir une mort, mais un gars « qui s’endort ».

    Et surtout, manifesté pour un mort innocent, mais trouver que tout les autres là, les coupables, c’est normal.

  • Knackie dit :

    Attention, méga trollage:

    En même temps exécuter un prisonnier, c’est comme euthanasier un patient ou faire pression pour le dépistage et l’IMG sur indication de T21, ça coute moins cher qu’une prise en charge.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Murderer à Journal, deuxième partie..

Méta

%d blogueurs aiment cette page :